Partager


Après le franc succès enregistré par « Case Sanga », ses initiateurs ne ménagent aucun effort pour la promotion de la culture malienne dans sa diversité. Ils ont lancé mercredi dans une autre émission de télérealité consacrée, cette fois-ci, à la mode. Les spots de l’émission, qui débutera en janvier prochain, devaient commencer à être diffusés sur Africable hier.

« Chez moi la plus belle » est un nouveau concept lancé par Fanaday Entertainment en partenariat avec Africable et l’hôtel Salam. Il a pour but de donner la chance à toutes les jeunes filles qui rêvent d’être mannequin. L’émission, qui passera régulièrement sur Africable et qui sera enregistrée dans les locaux de l’hôtel Salam, mettra en compétition, à travers un jeu-concours, des écuries, présentées comme des « top models » par Ander Baba Diarra, directeur général de Fanaday Entertainment.

Pour concourir, les jeunes filles doivent avoir entre 18 et 23 ans et mesurer au moins 1,70 m. Après avoir satisfait à ces critères, les postulantes passeront devant un jury « composé de 5 membres issus du monde de la mode, de la société civile et du show-biz ». Parmi elles, dix seront retenues et resteront en compétition jusqu’à l’obtention des trois premières.

« Une écurie tombera chaque semaine et au finish il n’y aura que trois lauréates classées » , a précisé Ander Baba Diarra avant d’ajouter que dix salons de coiffure et dix ateliers de couture seront choisis pour s’occuper de l’habillement et des soins esthétiques des lauréates. D’ores et déjà, une société de textiles s’est manifestée, car l’initiative se présente comme une chance pour elle de s’ouvrir au monde extérieur.

« Dabara en crise d’identité »

Le cas du lauréat de l’édition initiale de « Case Sanga » n’a pas été occulté par les responsables de Fanaday Entertainment. Ces derniers ont affirmé que Dabara n’a toujours pas donné suite à leur rencontre de la veille de fête de Ramadan, tenue sous l’impulsion du DG d’Africable. A les en croire, l’affaire Mamadou Dembélé dit Dabara n’a pas connu de dénouement, car elle est encore bloquée par la non-signature des contrats de production et de management.

« Nous avons demandé à Dabara de signer les contrats de production et de management, ce qu’il a accepté de faire en amenant lesdits contrats avec lui à la maison. Ils sont toujours avec lui et jusqu’à présent, nous n’avons rien eu » , a déclaré Ander Baba Diarra. Et d’ajouter que « Dabara est en conflit avec lui-même. Il est en crise d’identité, il ne sait pas quoi faire, qui écouter ». Toutefois, ajoutera-t-il, Dabara continue à jouir des privilèges de « Case Sanga », comme l’atteste l’attribution par la première Dame de trois lots situés à Banankoro-Est plus 100 000 FCFA à lui, Mohamed Diaby et à Pamela Badjéogo.

Papa Ouane, DG adjoint de Fanaday Entertainment, a conclu que sa structure, parrain indéniable de « Case Sanga », a finalement signé des contrats de production et de management avec Paméla Badjéogo, Mohamed Diaby, Sira Diop, Cheick Siriman Sissoko…


Ogopémo Ouologuem

15 novembre 2007.