Partager

Notre confrère « Le Prétoire » avait soulevé le lièvre, mais il semble que la question de troisième licence de téléphonie cellulaire n’a pas encore connu son épilogue.

jpg_une-821.jpgSelon nos sources, parmi ceux qui ont pleuré la chute du président ATT, l’homme d’affaires burkinabé, Apollinaire Compaoré. Il était parmi les promoteurs de la mauvaise idée de Monaco Télécom, là où le Mali voulait signer pour une troisième licence moins chère, avec en sus un différé pour le paiement. Il semble que les bakchichs perçus par ATT et ses filles ont été beaucoup, ce que Apollinaire Compaoré n’est pas prêt à laisser passer par pertes et profits.

Apollinaire Compaoré est connu comme un homme qui aime la palabre et les affaires pas claires. Déjà, il mène une bataille juridique interminable avec l’émirati Etisalat pour le contrôle de Télécel Faso.

Au plus fort de la crise malienne, alors qu’Adama Bictogo n’était pas encore débarqué de son poste de ministre de l’Intégration africaine, celui-ci lui sert de médiateur auprès des autorités de transition. Ainsi, Adama Bictogo qui compte faire d’une pierre deux coups, s’attache à notre ministre de la Communication, donneur de leçon, Hamadoun Touré. Celui-ci est embarqué pour une virée à Ouaga et Abidjan pour rencontrer Apollinaire, et ensuite à Salam. Il a pour mission de plaider le dossier Monaco Télécom.

Adama Bictogo, qui lui-même a le marché ivoirien des cartes d’identité et passeports, espère avoir, au Mali, le juteux marché du fichier électoral.

Comme quoi, même en temps de crise, certains ne s’oublient pas.

A. Kalambry

Les Echosdu 19 Juin 2012