Partager

Le président directeur général de France Télécom, Didier Lombard, est arrivé à Bamako hier en fin d’après-midi. Motif : être témoin oculaire du passage de témoin entre Ikatel et Orange. En effet, à partir de ce jeudi 30 novembre 2006, Ikatel devient Orange et, en ce moment précis, 1,3 million d’Ikateliens croquent les colas du baptême.

Depuis début novembre, les Maliens sont devenus familiers d’une annonce sur des panneaux, dans les journaux ou sur leur petit écran avec la mention : « 1 million de personnes se préparent : rendez-vous le 30 novembre« . Mais beaucoup n’ont jamais pu déchiffrer le sens des noix de cola qui symbolisent l’événement tant attendu.

L’annonce, conçue de main de maître par l’agence de Communication DFA (Diop Fall & Associés) vient enfin de dévoiler son secret à tous. Il s’agit du baptême (célébré à travers les colas qui deviennent mystiquement oranges quand ils sont croqués) de Orange Mali que devient Ikatel.

Orange est une marque du groupe France télécom. L’événement de ce 30 novembre est d’autant plus important qu’il justifie le déplacement jusqu’à Bamako du PDG de la société.

Au cours de son séjour au Mali (29-30 novembre), Didier Lombard sera reçu par les plus hautes autorités du pays. Qui est Didier Lombard ? Didier Lombard est arrivé à la tête de France Télécom en remplacement de Thierry Breton (nommé ministre de l’économie, des finances et de l’industrie) le 27 février 2005, le jour même de son 63e anniversaire.

L’homme connaissait déjà la boîte où il a débuté sa carrière en 1967 comme ingénieur au Centre national d’études des télécommunications (CNET). En 1989, ce diplômé de l’Ecole Polytechnique et de l’Ecole nationale supérieure des télécommunications, quitte France Télécom pour servir dans les ministères chargés de la recherche, puis de l’industrie.

Retour au bercail en 2003 pour Lombard qui prend en charge les technologies, partenariats stratégiques et nouveaux usages de l’entreprise. Après sa nomination comme PDG, Didier Lombard avait placé son action sous le signe de la continuité de la stratégie de son prédécesseur et s’était donné pour objectif la réduction de la dette de France Télécom estimée à la fin 2004 à 44 milliards d’euros.

Avant Didier Lombard et Thierry Breton, ce sont Marcel Roulet (juillet 1990 – septembre 1995), François Henrot (une semaine en septembre 1995) et Michel Bon (septembre 1995 – septembre 2002) qui avaient occupé le poste de PDG de France Télécom.

Pourquoi Orange au Mali ?

Le groupe France Telecom, dans le cadre de son plan stratégique dénommé Next (Nouvelle expérience des Télécom), a décidé de commercialiser l’ensemble de ses produits et services sous la marque Orange. Ikatel ne pouvait rater cette opportunité de devenir Orange Mali et de commercialiser tous ses produits et services sous une marque internationale très puissante.

Un million d’Ikateliens rejoignent ainsi une famille de plus de 100 millions de clients à travers le monde. Orange est déjà présente au Botswana, au Cameroun, en Côte d’Ivoire et au Sénégal et dans les prochains jours au Burkina Faso.

En devenant Orange, les objectifs des responsables de l’ex-Ikatel SA sont multiples et leur permettront de participer plus efficacement aux côtés des autorités maliennes à la lutte contre la pauvreté en mettant à la disposition des populations des produits et services innovants, correspondant à leurs besoins. Avant de devenir Orange, Ikatel a beaucoup contribué à l’économie malienne avec, à la date du 31 décembre 2005, 68 milliards de F CFA versés au titre de la licence, des impôts, taxes et cotisations sociales ; 5 milliards de F CFA de marges générées en 2005 pour les partenaires distributeurs de cartes et gérants de télécentres ; 17 milliards de F CFA de chiffres d’affaires générés au profit des fournisseurs locaux ; 16 milliards de F CFA de recettes en devises versées en 2005 par les opérateurs étrangers des télécommunications et 17 milliards de F CFA de chiffres d’affaires supplémentaires générés chez Sotelma/Malitel.

L’expansion d’Ikatel a été telle qu’elle a investi en 3 ans 136 milliards de F CFA initialement prévus pour une période de 10 ans.

Sékou Tamboura

30 novembre 2006.