Partager

jpg_une-71.jpg
Jusqu’à présent, les abonnés au téléphone se voyaient affecter des numéros à 7 chiffres. Ce qui donnait la possibilité aux opérateurs de disposer théoriquement d’un réservoir de 10 millions de numéros, explique Issa Camara, le responsable informatique du Comité de régulation des télécommunications (CRT). Mais dans la pratique, une série de plages de numéros n’étaient pas utilisées.

Issa Camara fait référence aux numéros 0 et 1 qui ne peuvent être utilisés pour des raisons stratégiques.

Le 7 est surtout utilisé pour les services à valeur ajoutée tandis que le 2 est le préfixe des numéros fixes de l’opérateur historique, la Sotelma dont le nombre d’abonnés est estimé à 80.000.

Les fixes de la société Orange-Mali qui commencent par 4 sont très peu usités.

Sous l’action de ces différents facteurs, le CRT s’est retrouvé avec seulement 3 à 4 millions de numéros disponibles. « Avec l’accroissement du parc d’abonnés des deux opérateurs téléphoniques, si nous ne prenions pas des mesures préventives il y aurait une pénurie de numéros disponibles à brève échéance« , explique Issa Camara.

Voilà donc entre autres raisons qui ont incité le CRT à passer à un plan de numération à 8 chiffres. Le passage à 8 chiffres offre à notre pays la possibilité d’avoir 100 millions de numéros disponibles.

Ce changement de plan de numérotation offre plusieurs autres avantages, indique Racine Thiam, le chef de la division communication à Orange-Mali. Le premier étant le développement du marché. En outre, il permettra à chaque opérateur téléphonique de disposer de ressources plus importantes en terme de numéros afin de toucher plus de Maliens en abaissant les prix et en multipliant les lignes. Le parc global d’abonnés du pays est estimé à un peu plus de 3 millions dont 2,6 millions pour Orange-Mali. « D’autres opérateurs téléphoniques pourront également s’installer sans préjudice pour ceux qui sont déjà présents« , précise Thiam.

Le changement concerne aussi bien les réseaux fixes que mobiles

En ce qui concerne le réseau fixe Sotelma à Bamako, il faudra désormais composer le chiffre 20 suivi des 6 derniers chiffres de l’ancien numéro (plus simplement, on enlève le premier 2 de l’ancien numéro pour le remplacer par 20).

Par exemple, le 224 52 77 deviendra 20 24 52 77.

Pour les régions, c’est le chiffre 21 suivi des 6 derniers numéros (on enlève le premier 2 de l’ancien numéro pour le remplacer par 21).

En téléphonie mobile, l’ajout est simple

Pour Malitel, la branche mobile de la Sotelma, le client devra désormais composer le 6 suivi de l’ancien numéro.

Par exemple 684 47 35 deviendra 66 84 47 35.

Les numéros d’urgence restent inchangés

Il s’agit du

15 pour la santé publique,

17 pour la police et

18 pour les sapeurs pompiers.

Ne subissent aussi aucun changement le 223 (indicatif international du Mali depuis l’étranger) et le 00 ou + (code d’accès à l’international à partir du Mali).

Pour joindre un mobile d’Orange Mali, il suffira d’ajouter le 7 devant l’ancien numéro.

Par exemple, le 468 22 30 deviendra 74 68 22 30. Pour le fixe, il faut ajouter le 4 devant le numéro actuel.

Les numéros de gestion de compte de l’opérateur que sont les 400, 402, 404, 405, 406 vont changer.

Le 400 (service clients) devient le 7400 tandis que le 402 (messagerie vocale) devient le 7402.

Le 404 (suivi de la consommation), le 455 (choix de facturation) et le 406 (service rechargement) deviennent respectivement le 7404, le 7455 et le 7406.

Les codes courts retenus pour le rechargement et le suivi de la consommation ne changent pas.

Les numéros courts des services SMS/kiosque vocal passent de 4 à 5 chiffres. Le 3 sera ajouté devant le numéro actuel.


S. DOUMBIA

Essor du 31 Octobre 2008