Partager

Le mercredi 23 Septembre 2008, l’hôtel l’Amitié Laïco a servi de cadre à une mini-retraite politique du parti de la Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI) . Au centre de cette rencontre avec les représentants de son allié politique à l’Assemblée nationale, le PARENA, deux thèmes : “La problématique de la gestion des fibres optiques et des télecommunications au Mali ; la question des anciens combattants : tenants et aboutissants”.

A l’ouverture de cette mini-retraite orgnaisée avec l’appui technique et financier du National Démocratic Institut (NDI), on notait, entre autres, la présence du président et du Secrétaire Général du parti SADI, M. Cheick Oumar Cissoko et le Dr Oumar Mariko, des
représentants du PARENA, et du Directeur du NDI, M. Raphaël Ouattara.

Pour les différentes communications, le parti SADI a fait appel à l’expertise d’éminentes personnalités politiques et militaires du pays : le président de la Maison des Anciens Combattants du Mali, le Colonel Issa Ongoïba, et M. Lamine Diabira pour le premier thème de la rencontre : “La question des anciens combattants : tenants et aboutissants”… Le second thème relatif à “La problématique de la gestion des fibres optiques et des télécommunications au Mali” a été développé par le Dr Adama Traoré, M. Gaoussou Konaté et M. Boubacar Guindo.

Par cette mini-retraite, le NDI continue sa série d’activités avec les partis politiques et leurs excroissances à l’Assemblée nationale, afin de leur permettre de contribuer à l’achitecture juridique et règlementaire qui doit encadrer la vie des citoyens maliens.

Selon le Directeur du NDI, M. Raphaël Ouattara, sa structure est heureuse de soutenir les présentes assises qui participent à l’approfondissement du débat démocratique en permettant aux acteurs d’apporter leur contribution à la construction de la maison commune.

Tout parti qui se crée et qui ambitionne de gérer le pouvoir d’Etat se préoccupe du bien-être des personnes qu’il entend gérer”, a déclaré le représentant résidant du NDI, qui a saisi l’occasion pour rappeler l’histoire glorieuse de notre pays. Il a enfin justifié le choix et la pertinence des thèmes retenus pour cette mini-retraite.

Dans son intervention, le Dr Oumar Mariko a tout d’abord tenu à rappeler la déclaration commune du groupe PARENA-SADI à l’occasion de la rentrée parlementaire. Le Secrétaire général du parti SADI a mis cette occasion à profit pour évoquer le rôle et les missions du député. Aux dires de l’ancien leader estudiantin, le député participe au contrôle de l’action gouvernementale, initie des propositions de loi et examine les projets de loi soumis par le gouvernement.

Ce fut également l’ occasion pour lui, d’évoquer la vision du parti SADI qui est identique à celle du PARENA, ainsi que l’engagement et l’attachement des deux partis au pays. “Le groupe parlementaire PARENA-SADI n’a jamais caché son opposition à l’ultra-libéralisme”, a déclaré le Dr Mariko qui a décrit la situation actuelle par “la préservation des intérêts étrangers au détriment des intérêts nationaux“. Il a, par ailleurs, beaucoup insisté sur l’importance de cette mini-conférence qui, selon lui, permet au parti de dire clairement son point de vue par rapport aux sujets abordés.

Après une brève intervention de l’ancien ministre Cheick Oumar Cissoko, après l’exposé des conférenciers sur les différents thèmes, les participants ont eu des discussions très nourries qui ont fini par édifier chacun.

Les travaux en groupe ont permis de connaître la proposition du parti SADI pour un meilleur encadrement des anciens combattants. Et des questions orales ont permis au parti d’obtenir des éclaircissements sur les aspects de la gestion des fibres optiques et des télécommunications.

Laya DIARRA

24 Septembre 2008