Partager

Quatre membres du gouvernement ont coprésidé, le lundi 4 avril, à Hamdallaye Aci, la cérémonie d’inauguration de la Sbnif technologie. Il s’agit des ministres de la communication et des nouvelles technologies, de la promotion des investissements et des petites et moyennes entreprises, de l’artisanat et du tourisme, de l’industrie et du commerce. La présence d’une telle brochette de membres de l’exécutif traduit la volonté du gouvernement d’accompagner le secteur privé et d’en faire le moteur du développement socio-économique du pays.

La Société Bakari Nimaga et fils (Sbnif) qui vient de voir le jour est le fruit d’un partenariat dynamique entre le promoteur Bakary Nimaga soutenu par la Bim – sa et le Canada. La Sbnif technologie est une entreprise de pointe spécialisée dans la conception, l’impression, la personnalisation et la distribution des cartes en papier et en plastique comme les cartes à puce et les cartes à bande magnétique.

Elle peut produire des cartes de télécommunications (cartes téléphoniques de rechargement à gratter), cartes à puces (pour le téléphone public) et les cartes pour les compagnies de télécom telles que la Sotelma, Malitel et Ikatel, des cartes professionnelles, des badges, des cartes bancaires et enfin des cartes d’identité et les permis de conduire. Pour le Pdg de la nouvelle société, Bakary Nimaga,  » la Sbnif technologie est aujourd’hui en mesure d’apporter des solutions créatives et sécurisées qui satisferont les différents besoins du client « .

Pour cela, elle propose une expertise qui permet d’assurer la commercialisation, l’installation et le service après vente de systèmes de sécurité complets, intégrés, incluant les systèmes d’alarme, de surveillance et d’accès. Aussi, la société Sbnif technologie va assurer le transfert de la technologie canadienne au Mali non seulement à travers l’acquisition de matériels de haut niveau mais également grâce à la formation d’ingénieurs.

L’unité de production des cartes a coûté la bagatelle de 800 millions de FCFA composée d’un apport du promoteur et d’un prêt de la Bim – sa. Le Mali devient ainsi le troisième pays africain, après l’Afrique du Sud et le Nigeria à posséder une telle unité de production et, du coup, il confirme sa détermination à maîtriser les nouvelles technologies. Cette première tranche crée une trentaine d’emplois pour une capacité de production d’un million de cartes par mois.

La deuxième tranche d’investissement permettra à la société de combler tout le besoin national et d’aller à la conquête du marché sous-régional. « Notre ambition est de contribuer à faire du Mali un pays de l’information, ouvert sur le monde moderne  » a ajouté M. Nimaga. De son coté, le ministre de la promotion des investissements, Ousmane Thiam, relèvera que le fait pour le promoteur d’investir dans ce secteur, est « le témoignage de sa bonne lecture de l’évolution du marché national ou le secteur des télécommunications est marqué par le dynamisme de deux grands opérateurs ».

Il poursuivra en affirmant que les services offerts par Sbnif technologie ne manqueront pas de susciter auprès des services compétents de l’administration publique la réponse novatrice en matière de sécurisation des documents essentiels comme le permis de conduire, les cartes d’identité, la carte d’électeur ainsi qu’en matière de système de surveillance et d’accès. » Ce faisant Sbnif ouvre un champ fructueux de coopération possible avec l’administration  » dira t-il.

Auparavant, le maire de la commune IV, Issa Guindo, avait laissé entendre qu’aucun pays ne peut résoudre l’équation du développement sans les nouvelles technologies.

Il s’est ensuite réjoui de l’implantation d’une telle unité dans sa circonscription qui contribuera à la création d’emplois et au renflouement des caisses de la mairie à travers les taxes et impôts.

Youssouf CAMARA

6 Avril 2005