Partager


Notre pays a abrité le 26 mai 2008 une série formations des techniciens de laboratoire et biologistes au diagnostic des maladies à potentiel épidémique : méningite, cholera, dysenterie, bacillaire, fièvre jaune, rougeole et le VIH/Sida, qui prendront fin le 13 juin 2008. Et le centre Mérieux de Bamako sert de cadre de ces formations.

Ces formations ont enregistré la participation des techniciens de laboratoire et biologistes des 16 pays de la CEDEAO plus la Mauritanie.

Elles avaient pour objectifs de renforcer les capacités des participants dans la confirmation des épidémie de méningite, cholera, shigellose, fièvre jaune, rougeole et VIH/Sida, dans la diagnostic au laboratoire de la rougeole et de la fièvre jaune et de fournir des directives pour la mise en place des procédures d’assurance qualité dans le laboratoire.

Deux groupes : Bactérologie et sérologie

En plus, au cours de ces formations, des formateurs sont formés à l’utilisation de tests rapides VIH pour l’atteinte des objectifs. Les participants étaient répartis entre le groupe bactérologie et le groupe sérologie. Ainsi, du 26 au 30 mai 2008, des techniciens de laboratoire et biologistes ont été formés par rapport au diagnostic du VIH/Sida, rougeole, fièvre jaune, par rapport au VIH/Sida.

Chaque pays était représenté par trois personnes. En plus, deux groupes de pays francophones seront formés au diagnostic de la méningite, du cholera et de la dysentérie bacillaire. Le premier groupe sera formé du 02 au 06 juin 2008 et le 2ème groupe du 9 au 13 juin 2008.

Il faut rappeler que ces formations s’inscrivent dans le cadre de l’expansion des programmes de prévention, traitement et soins. Aussi, il est devenu urgent de former un plus grand nombre de personnes par laboratoire du fait de la mobilité du personnel desdits laboratoires.

Une menace constante pour la santé

A la cérémonie d’ouverture de ces ateliers de formation en techniques de laboratoire pour la surveillance intégrée de la maladie et la riposte, le représentant du ministre de la Santé, médecin Colonel Naoma Sylla de la direction nationale de la Santé a souligné que les maladies à potentiel épidemique et les nouvelles maladies émergentes ou réémergentes représentent une menace constante pour la santé des populations à travers le monde.

Il a par ailleurs souligné que la stratégie de l’OMS, fondée sur le partenariat mondial et le RSI sur la surveillance intégrée de la maladie et la riposte qui a été introduite au Mali depuis 2002. Et depuis, le rôle du laboratoire a été renforcé au Mali.

Pour lui, au regard de tout ce qui précède, ces sessions de formation viennent à point nommé et vont permettre de promouvoir des bonnes pratiques des laboratoires de santé publique, une meilleure gestion des services de laboratoire sur le plan national.

Ainsi, il a exhorté les participants à profiter au maximum pour acquérir les nouvelles compétences au profit de la lutte contre la maladie. Il a ensuite remercié l’OMS, l’OOAS, l’Union Européenne à travers le PRASO d’avoir pris l’initiative d’organiser ces sessions de formations, ainsi que les formateurs.

Dado CAMARA

04 Juin 2008