Partager

Très apprécié des mélomanes pour un premier opus navigant entre salsa et romantisme, Nampé Sadio vient de démonter qu’il est aussi un artiste très engagé. Plus qu’un opposant politique, il a réussi à mettre les pieds dans le plat en dénonçant le calvaire auquel la grande majorité des Maliens est condamnée. Et cela à travers un single très dansant : « Tatounou » !

Il suffit que Nampé Sadio fasse « trois mois sans boire de lait » pour être un écorcé vif, un révolté bien inspiré. Une fantastique inspiration qui a abouti à « Tatounou » (Galère), un single qui est actuellement au sommet de tous les hits sur la bande FM et qui passe en boucle dans presque toutes les émissions musicales des radios et de la télévision.
Au niveau de l’arrangement, c’est un titre sans reproche, un morceau au style manding très dansant.

Le message véhiculé par « Tatounou » n’est pas moins accrocheur. Ce jeune talent de la musique malienne a réussi à peindre fidèlement le sombre tableau qu’est aujourd’hui le quotidien des Maliens : la galère, la vie chère…

Jouant à merveille le rôle socio-politique qu’on attend de tout artiste, Nampé nous rappelle à nos problèmes quotidiens, à notre galère de tous les jours. Lait, sucre, riz, électricité, eau, les tarifs de transport… Tout est cher aujourd’hui. Ce qui fait que « que nous sommes tous devenus des escrocs, des tricheurs, des voleurs… » A qui en vouloir puisque personne ne sait plus quoi faire pour joindre les deux bouts ?

Ménages, fonctionnaires, artistes, commerçants… la vie chère n’épargne personne. Pis, personne ne sait plus à quel ingénieux diable se confier pour s’en sortir. Surtout que ceux à qui les populations ont confié leur destin disent ne plus avoir de remèdes à leurs maux socioéconomiques. Poussant l’inspiration à l’ironie, Nampé souligne que même « les policiers, les douaniers, les ministres et le président disent que ça va pas« . Difficile vraiment de trier les loups des chèvres dans la bergerie plongée dans la galère !

De son vrai nom Ibrahim Nampé Sadio Traoré, ce jeune artiste talentueux est le fils de Sadio Traoré (paix à son âme), ex-sociétaire de l’orchestre de Super Biton et du Sotis Star de Kayes. Ce qui fait dire à Nampé, « je suis né et j’ai grandi dans la musique, car mon père était dans la musique et ma mère (Diaratou Diagne Djély), une grande griotte. C’est pour vous dire que je viens d’une famille d’artistes« .

Il s’est révélé au public en 2005 par un premier album solo, « Mama » (dédié à sa mère), qui a connu un énorme succès. Ce qui lui avait valu le « Tamani » de la « Meilleure révélation » de la musique malienne. Avec « Mama« , Nampé s’est imposé comme le représentant de la jeune génération des chanteurs maliens. D’aucuns voient même en lui le digne successeur du rossignol Salif Kéita.

Par cette première œuvre d’une carrière qui s’annonce prometteuse, il a réussi à apporter un nouveau souffle à la tradition malienne en explorant les horizons nouveaux d’une musique mandingue finement modernisée. Ce qui ne surprend guère puisque Nampé s’est engagé dans la carrière solo riche de nombreuses collaborations, notamment avec Amadou et Mariam, le mouvement Hip Hop malien…

Il a récemment travaillé sur les albums de Mariétou Diabaté et de Mbaou Tounkara, sa cousine. Et Nampé continue sur la même lancée car il promet à ses fans un chef d’œuvre à sa prochaine sortie dans les bacs.


Alphaly

09 Juillet 2008