Partager

Lundi, la décision a été prise par la direction nationale de l’assainissement et du contrôle des pollutions et des nuisances (DNACPN) de procéder à la déconnexion de la station d’épuration de Sotuba de toutes les tanneries de la Commune II pour avoir foulé au pied les textes relatifs à la gestion des eaux usées industrielles.

Au mépris des textes, les tanneries de la capitale en Commune II jusqu’à la visite samedi 2 novembre 2013 du ministre de l’Environnement et de l’Assainissement et de son collègue de l’Energie et de l’Hydraulique, exerçaient leurs activités industrielles sans se soucier un seul instant du double tort qu’elles causaient à la station d’épuration de Sotuba, mais aussi à l’environnement.

En dépit des injonctions du directeur national de l’assainissement et du contrôle des pollutions et des nuisances, Modibo Diallo, et des efforts de sensibilisation du directeur régional de l’assainissement et du contrôle des pollutions et des nuisances, Seydou Ouologuème, pour amener les tanneries West africa, Imat S.A, Tamak et Nouvelle tannerie du Mali, à se conformer aux textes en vigueur portant gestion des eaux usées industrielles, rien n’en fit.

Les quatre tanneries incriminées ne se sont nullement gênées à déverser directement leurs eaux usées via la station d’épuration de Sotuba sans procéder au préalable à leur traitement comme l’exigent les textes. Au passage des ministres Ousmane Ag Rhissa (Environnement et Assainissement) et Frankaly Kéita (Energie et Hydraulique), le triste constat a été établi, selon lequel, le prétraitement des eaux usées ne se fait pas correctement par les unités industrielles en cause. Or, le non-respect des normes de rejet peut être source de dysfonctionnement pour la station d’épuration de Sotuba.

Au regard de la mauvaise foi manifeste des tanneries West africa, Imat S.A, Tamak et Nouvelle tannerie à respecter les normes de rejet des eaux usées, le directeur national de l’assainissement et du contrôle des pollutions et des nuisances a pris ses responsabilités en décidant de la déconnexion pure et simple des quatre tanneries fautives de la station d’épuration de Sotuba.

Opération coup de poing

Une motivation suffisante pour le patron de l’assainissement et du contrôle des pollutions et des nuisances, Modibo Diallo, d’avoir la main lourde contre ces tanneries non respectueuses de l’environnement surtout pour qui sait qu’aujourd’hui, les files électriques de la centrale thermique de Balingué qui produit 50 % de l’électricité du district sont sérieusement attaqués par les substances chimiques des tanneries West africa, Imat S.A, Tamak et Nouvelle tannerie.

i des mesures draconiennes n’avaient pas été prises par la DNACPN, les activités de ces tanneries auraient pu avoir des conséquences fâcheuses sur la faune et la flore. Et les poissons qui allaient résister seraient empoisonnés et la chaîne alimentaire aidant, l’homme contaminé.

En tout état de cause, la direction nationale de l’assainissement et du contrôle des pollutions et des nuisances en partenariat avec sa direction régionale est déterminée à tout mettre en œuvre pour mettre de l’ordre dans les unités industrielles peu regardantes sur le respect de l’environnement. Bien malin celui qui pourra deviner la prochaine opération coup de poing des services en charge de l’environnement dans le district.

Mohamed Daou

07 Novembre 2013