Partager

Que faire pour obtenir dans le futur des champions en Taekwondo à l’instar de Daba Modibo Kéïta qui représentera notre pays et l’Afrique entière aux prochains Jeux Olympiques de Pékin 2008 ? Cela passe indubitablement par la formation à la base. Conscient de cette réalité, M. Diakité Bah vient de créer un centre de formation. Dans l’interview qui suit, M. Diakité nous donne d’amples informations sur son centre de formation dénommé “Bèdiè Club”.


Le Républicain: M. Diakité Bah, quelles sont les raisons qui vous ont poussé à créer ce centre?


Diakité Bah:
J’ai décidé de créer ce centre pour satisfaire aux besoin de tous mes compatriotes dans le domaine du sport. A vrai dire, je ne l’ai pas créé pour me faire de l’argent, parce que l’inscription ne coûte que 2 500F CFA et également 2 500FCFA comme frais de participation mensuelle des inscrits.

Il y a peu de centres au Mali qui acceptent ces prix. Mais, je l’accepte pour la simple raison que le sport peut contribuer à l’amélioration de la santé des Maliens. Moi, quand je commençais à pratiquer le sport, j’avais 105 Kg, mais aujourd’hui, je suis à 80 Kg et je me sens mieux dans ma peau.

C’est donc pour contribuer au développement du sport dans notre pays que j’ai décidé de créer ce centre que j’ai dénommé “Bèdiè Club” (le club commun en bamanan). Dans mon centre, on y pratique le Kung-Fu, le Taekwondo, le Shotokan, l’Aïkido, la Gymnastique.

Toutes ces disciplines ont leurs maîtres. Pour le Taekwondo, le grand maître s’appelle Seydou Sow ; pour le Kung-Fu, c’est Me Seydou Coulibaly ; pour l’Aïkido, c’est Me Madou Coulibaly ; le Shotokan est dirigé par Me Ballo Abdoulaye et Oumar qui sont aussi les maîtres de Gymnastique.

“Bèdiè Club”, c’est le nom que vous avez donné à votre centre. Que signifie-t-il?

Diakité Bah: Cela signifie tout simplement qu’il appartient à tout le monde. Celui qui le veut bien, peut venir dans ce centre. Il sera le bienvenu.

Quand avez-vous ouvert ce centre et quels sont vos objectifs?

Diakité Bah: Le centre a été ouvert le 13 janvier 2007 en présence des membres de la Fédération Malienne de Taekwondo (FEMAT) et de nombreux pratiquants d’arts martiaux venus de tous les coins du Mali. En créant ce centre, nous voulons que les jeunes de Moribabougou et des quartiers environnants, désireux de pratiquer les arts martiaux, puissent le faire.

Sinon, ce ne serait pas possible pour eux. Si, j’ai acheté toutes ces machines qui sont ici sur mes propres fonds à 1 500 000FCFA, c’est pour que les gens puissent se détendre. Autrement dit, je ne l’aurais pas fait. Il faut aussi que je précise que ce n’est pas la Fédération qui m’a financé; mais elle m’a prodigué de bons conseils en vue de la réussite de mon projet.

Quelles relations avez-vous actuellement avec la Fédération Malienne de Taekwondo?


Diakité Bah:
J’ai de très bonnes relations avec cette Fédération. Je m’entends très bien avec le président Seydou Djiré, Me Aboubacar Diawara dit “Yanki” et tous les autres. Il n’y a aucun problème.

Daba Modibo Kéïta est qualifié pour les Jeux olympiques de Pékin 2008. Quels sont vos impressions?

Diakité Bah: Daba Modibo Kéïta a cherché sa qualification et il l’a eue. Et s’il plaît à Dieu, il nous reviendra au Mali ici avec un titre olympique. Nous prions le Bon Dieu pour lui.


Peut-on espérer qu’un jour des champions comme Daba Modibo Kéïta sortent de votre centre?

Diakité Bah: Bien sûr que oui! Car, déjà nous comptons sur Fatoumata Diakité chez les filles, Abdoulaye et Mahamadou Kaba chez les garçons pour être un jour des champions du Mali dans leurs catégories respectives, pourquoi pas des champions d’Afrique ou du monde!

Quelles relations votre centre entretient-il avec les autres centres du Mali?

Bah Diakité: Nous avons de très bons rapports. Pour preuve, actuellement, il y a des ceintures rouges qui se préparent dans mon centre à zéro franc. Ils ne sont pas de mon centre, voyez-vous! Ils feront d’ailleurs leur passation le 5 juillet 2008 ici au “Bèdiè Club”.

Avez-vous l’intention de créer d’autres centres au Mali?

Diakité Bah: Si vous voyez qu’il y a deux centres dans ce grand immeuble à deux étages (au rez-de-chaussée: le Kung-Fu, le Shotokan et le Aïkido et le reste des discipline au 1er étage), c’est parce qu’il y a assez de personnes qui nous sollicitent. Si Dieu me donne longue vie, j’ouvrirai d’autres centres dans d’autres localités du Mali. Inch Allah!

Interview réalisée par

Hadama B. Fofana et Bruno Loma

30 Juin 2008