Partager

L’Alliance des jeunes démocrates du Mali (AJD) a organisé, le samedi 13 avril à la Maison de la presse, une table ronde autour de la situation dans le Nord du pays. Le thème de cette rencontre portait sur  » le Mali face à la crise sécuritaire et humanitaire au Nord « . Plusieurs cadres ressortissants du septentrion et des experts des questions sécuritaires tels que le secrétaire administratif du COREN, Abdramane Touré, l’Inspecteur général de police Ibrahima Diallo, ont animé les exposés en réaffirmant la nécessité d’un réarmement moral et physique des forces de défense et de sécurité pour la reconquête des zones perdues.

C’est Gérard Ouattara, le Secrétaire général adjoint chargé de la stratégie de l’AJD qui a ouvert la table ronde en rappelant que cette association, créée en février 2012, se veut actrice majeure du débat public sur les grands problèmes de la nation.

Dans son exposé, le Secrétaire administratif du Collectif des Ressortissants du Nord(COREN), Abdramane Touré a fait brièvement l’historique de l’invasion du Nord-Mali par des bandits armés qui ne cessent d’y semer la désolation. Depuis le 23 novembre 2010, a indiqué M Touré, des éléments provenant de Libye avec armes et bagages ont commencé par faire leur entrée sur le territoire national dans sa partie Nord. Il a rappelé que le président de la République avait été saisi pour réfléchir à la manière dont ce flux massif devrait être géré. Mais, apparemment, il n’y a pas eu la diligence qui devrait être faite pour endiguer rapidement le bellicisme de ces éléments.

Abdramane Touré a alors mis un accent particulier sur les efforts que le COREN a déployés avec la mise en place de plusieurs commissions pour faire face à la situation préoccupante à Gao, Tombouctou et Kidal : commission juridique, commission chaîne humanitaire, sous-commission santé, sous-commission accueil et hébergement, sous-commission mobilisation des ressources pour des personnalités, des ambassades et consulats dans le but de secourir les populations et ouvrir un corridor humanitaire. Il a souligné l’importance du rôle joué par le Collectif Cri de cœur pour le Nord sans oublier la nécessité d’aller à une réforme des forces de défense et de sécurité.

Pour sa part, l’Inspecteur général de police Ibrahima Diallo a expliqué que « les crises qui naissent dans nos pays sont souvent les conséquences des dysfonctionnements dans le secteur de la sécurité « . Il a dénoncé le manque d’organisation des forces de défense et de sécurité. « Dans une démocratie, ces forces, sous l’autorité du pouvoir civil, sont souvent confrontées à de graves problèmes de formation, d’équipement avec des effectifs pléthoriques « .Pour lui, tant que les forces de défense et de sécurité ne seront pas sécurisées en étant à hauteur de mission, la démocratie serait en péril.

Selon le vice-président de la Maison de la presse Ibrahim Coulibaly, la presse est restée patriotique durant cette crise au Nord.

Bruno D SEGBEDJI

Le 17 Avril