Partager

L’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM) a pris la décision de ne reconnaître que le bureau du Syndicat des travailleurs des administrations d’Etat (Syntade) dirigé par Siaka Diakité. Une lettre dont une copie nous est parvenue a été adressée au gouvernement dans ce sens.

Dans sa lettre n°119 signée de son secrétaire général adjoint Tibou Telly, le BE-UNTM écrit que « le bureau du Syntade issu du 11e congrès, dirigé par Siaka Diakité, demeure en place, jusqu’à la nouvelle date de convocation de son prochain congrès ».

Cette correspondance de la deuxième personnalité de l’UNTM, sous-tendue par des mises au point, a été envoyée au ministre du Travail, de la Fonction publique et des Relations avec les institutions avec ampliation à tous les ministères, syndicats nationaux, unions régionales, locales et l’Union nationale des travailleurs maliens de France.

Cette prise de position dont la conséquence immédiate est la mise en quarantaine du bureau du 12e congrès, a deux motivations. La première, c’est que « le bureau exécutif de l’UNTM a suspendu par lettre n°110/BE/UNTM du 28 juin 2013, le 12e congrès du Syntade, son affilié à cause d’irrégularités constatées dès son ouverture, conformément à ses statuts et règlement intérieur et au nom du centralisme démocratique ».

La deuxième motivation est que « l’UNTM est une centrale syndicale et non une confédération. Ceci nous donne le droit d’ingérence dans le fonctionnement de nos organes et de nos structures pour arbitrer les conflits éventuels ».

L’UNTM avait déjà donné le ton lors de sa conférence de presse du vendredi 12 juillet 2013 en refusant de reconnaître le bureau du Syntade issue du 12e congrès présidé par Yacouba Katilé.

Le secrétaire général de la centrale syndicale, Tibou Telly avait déclaré ce jour le 12e congrès du Syntade « nul et de nul effet ». Il avait en même temps menacé de radiation de l’UNTM les individus du camp Katilé, qui se sont rendus coupables de cette faute syndicale sur fond de travail fractionnel.

La lettre qui vient d’être envoyée aux autorités et instances syndicales n’est que le renforcement de cette sentence disciplinaire prise par le bureau exécutif national de l’UNTM au cours de sa réunion hebdomadaire du mercredi 17 juillet dernier.

Abdrahamane Dicko

22 Juillet 2013