Partager

Dans le but d’asseoir les bases d’un développement durable dans le monde de l’image dans notre pays, les acteurs ont conjugué leurs efforts au sein du Synapromim (Syndicat des Professionnels des Métiers de l’Image du Mali) qui a été porté sur les fonts baptismaux le 12 août dernier à la Bibliothèque nationale de Bamako suite au premier congrès ordinaire.

Au terme des travaux dudit congrès, un bureau national dirigé par Diby Dembélé a vu le jour. La présidence de la cérémonie inaugurale était assurée par le représentant de l’Assemblée Permanente des Chambres de Métiers du Mali (APCMM) en la personne de Faran Diarra.


L’image, un moyen d’expression

Le président du Synapromim, dans son allocution, remercia tout d’abord les uns et les autres avant d’ajouter que depuis quelques années, les images de la photographie, de la cinématographie, de l’imagerie médicale sont devenues des moyens d’expression, de communication, d’interpellation, et d’identification au Mali.

Pour donner plus de lisibilité à ce secteur tout en quittant le cadre informel pour intégrer celui légal, le syndical veillera donc à l’éthique du métier ou évoluent bon nombre d’acteurs de notre société.


Les recommandations

Le Synapromim qui rassemble des professionnels de l’image, à la fin du congrès, a formulé certaines résolutions dont entre autres : le manque de formation efficiente dans le secteur, l’urgence de la multiplication des centres de formation des métiers de l’image, le syndicat invite le Bureau National (BN) à la création d’une banque de données d’images et d’un local en vue de faciliter les recherches et la collecte d’images ; il attire l’attention du BN sur la nécessité de prendre en compte le besoin de formation professionnel des adhérents en développant leur créativité et leur capacité d’initiative, invite le gouvernement à une révision de la politique fiscale en vigueur, en vue de fixer définitivement un tarif constant.

Il constate avec tristesse, le non respect des prix des produits et services, insiste sur le respect du prix et des tarifs des produits afin de créer un développement du métier de l’image. Recommande au BN l’expansion de l’organisation syndicale partout au Mali et sur le plan sous-régional et international.

Il rappelle que les associations et organisations ont pour vocation essentielle de défendre les intérêts moraux et matériels de leurs adhérents et de contribuer au développement du métier de l’image. Il insiste sur la création d’un volet de la mutualité entre les membres afin que les pratiquants puissent bénéficier des allocations familiales et des pensions de retraites et enfin invite le BN d’entreprendre des démarches auprès des plus hautes autorités du Mali en vue de son aboutissement heureux et diligent.

Quant au bureau Synapromim, il est constitué de 21 membres, à cela s’ajoutent 5 présidents d’honneur et 5 commissaires au compte.


Mamoutou DIALLO (Stagiaire)

18 Aout 2008