Partager

Cheick Oumar Sacko, président du Synacodem :« Nous demandons à l’Etat la construction des boutiques sociales»

Le Syndicat National des Commerçants détaillants du Mali (Synacodem) a tenu son troisième conseil national, le 3 mars dernier, sous la présidence du ministre des relations avec les institutions.

La présente session a également été l’occasion d’inviter ses partenaires dont les enjeux les intéressent au plus haut lieu. Il s’agit, entre autres, du Conseil National du Patronat du Mali (CNPM), de la nouvelle société d’assurance vie (Nsia). Cette dernière société a d’ailleurs ouvert une clinique aux conditions d’accès avantageux en faveur des commerçants détaillants et expliqué la forme de coopération qu’elle entretient avec le secteur du commerce en détail.

jpg_commercants.jpgPour une large information de ses membres par rapport à la fiscalité applicable au secteur, les responsables du syndicat ont invité les services de la mairie et des impôts à faire des communications. Une autre communication particulière concernant la constitution a été faite par le ministère des relations avec les institutions.

Le commerce, surtout celui de détail, au Mali est confronté à une série de problèmes au premier rang desquels le financement et l’accès à des installations sécurisées. Les délégués venus des différents cercles et régions du Mali ont longuement débattu ces sujets. Ces problèmes sont la source de multiples déconvenues entre les commerçants détaillants et les propriétaires de magasins dans les différentes villes du pays.

Chaque cercle et chaque région ont dressé à la direction du syndicat la nature de leurs problèmes. Ceux-ci ont été consignés dans une résolution destinée au ministère de l’industrie, des investissements et du commerce. Dans un entretien avec la presse, le président du Synacodem, Cheick Oumar Sacko, a exprimé son vœu de voir un programme étatique visant à construire des locaux au profil des commerçants détaillants.

En ligne de mire du syndicat, les bâtiments administratifs notamment au centre-ville de Bamako qui ne peuvent, selon Cheick Oumar Sacko, qu’à être érigé magasins commerciaux. Il a donc souhaité que ces bâtiments soient transformés en «boutiques sociales», à l’image des logements sociaux (un programme de construction de logement à usage d’habitation attribué à des couches moyennes de la population).

Seydou Coulibaly

05 Mars 2012

©AFRIBONE