Partager

L’hymne à la femme chanté par l’Ensemble instrumental du Mali et un sketch de sensibilisation sur les méfaits des sacs en plastique et des produits dérivés de la teinture ont été l’entrée de cette rencontre du samedi dernier. Une rencontre qui a enregistré la présence massive de femmes venues des quatre coins du Mali et de l’étranger.

Pour le représentant du ministre de l’Administration territoriale et des Collectivités locales, Oualy Conté, « la femme est appelée, voire interpellée pour jouer son rôle de protection de l’environnement« . Avant de rassurer les femmes que « les recommandations issues du symposium auront un écho favorable auprès du Ministre« .

Le représentant du ministre de l’Environnement et de l’Assainissement, Adama N. Dabo, ira plus loin en déclarant: « Les multiples efforts de gouvernance de la question environnementale déployés au quotidien par les Etats et leurs partenaires de coopération, les collectivités territoriales, les ONG et les groupements professionnels du secteur privé seraient vains sans la participation effective et responsable de la femme« . D’où « l’importance de la modeste mais significative rencontre« .

A rappeler que la priorité accordée à la gestion saine et efficace de l’environnement par le Mali, pays très éprouvé par la sécheresse et la désertification et confronté à d’énormes difficultés d’assainissement, tant en milieu rural qu’en milieu urbain, est mise en évidence dans l’article 15 de sa constitution. Un article qui énonce que « toute personne a droit à un environnement sain. La protection, la défense de l’environnement et la promotion de la qualité de la vie sont un devoir pour tous et pour l’Etat« .

« Une disposition qui interpelle fortement chaque Malienne et chaque Malien individuellement et collectivement« , a ajouté M. Dabo.

La présidente du Consortium Ecolovie, Mme Traoré Kadidiatou Diakité, a, quant à elle, expliqué que « la réflexion d’organiser ce symposium part des recommandations du Sommet mondial sur le développement durable tenu à Johannesburg en 2002« . Un symposium dont les objectifs sont, entre autres, de créer une opportunité collective, au niveau national, sous-régional et régional, susceptible d’éduquer, d’informer et de sensibiliser les masses populaires sur les questions liées à la gestion de l’environnement et le cadre de vie.

On notera aussi qu’à travers cette réunion, les organisateurs veulent impliquer davantage les femmes dans la gestion de leur environnement, partager et capitaliser les expériences dans tous les domaines liés à cette problématique. C’est pourquoi le symposium, qui prend fin cet après-midi, axera ses débats sur trois thèmes principaux: l’apport des femmes pour l’amélioration du cadre de vie, le rôle de l’exécutif et des municipalités dans l’application effective des conventions relatives à l’environnement au niveau national et les rapports entre population, santé et environnement.

Paul MBEN pour L’Indépendant

15 janv 07