Partager

La grève des 17 et 18 août des soldats du feu n’a finalement pas eu lieu. En effet, à l’issue de débats houleux mardi soir entre les représentants des ministères de la Fonction publique, de la sécurité intérieure et de la protection civile avec la Section de la protection civile, un accord a été trouvé.

Dans le document au bas duquel, les parties ont apposé leurs signatures, il a été convenu que le gouvernement s’engage à faire adopter les projets de textes, par le conseil des ministres au plus tard le 15 septembre 2005.

Il s’est engagé à introduire les textes de la protection civile (statut, primes indemnités et textes portant création de la direction générale de la protection civile) à la session d’octobre 2005 de l’Assemblée nationale.

S’agissant de la participation des éléments de la protection civile aux missions humanitaires à l’extérieur, cette préoccupation est prise en compte dans le nouveau statut.

Pour veiller à l’application correcte de ces accords et plus particulièrement l’évolution de la situation des agents de la protection civile, une commission de suivi composée de deux représentants par partie (gouvernement, conciliateurs et syndicats) sera mise en place.

Créée en 1976 comme sous-direction de la gendarmerie, la protection civile est devenue direction autonome à partir de 1998, à caractère humanitaire avec pour missions d’une part de sauver, protéger et secourir les hommes et leurs biens et d’autre part, assurer la prévention et la prévision des catastrophes de toute nature pour atténuer leurs effets sur l’homme et son environnement.

En plus du manque des moyens d’intervention, la protection civile avec l’avènement des lignes vertes (18 et 112), est souvent appelée par des populations pour des fausses alertes.

Des évènements malheureux, des sapeurs pompiers en ont connu au cours des opérations de secours. Pour rappel, au lendemain de sa création en 78, le gendarme pompier Idrissa Guindo, a été déchiqueté par des éclats d’une citerne.

Cette année, le sergent Zoumana Konaté, fut poignardé par un malade mental…. C’est pourquoi d’ailleurs, les sapeurs pompiers demandent des primes de risque.

Mohamed Daou

18 août 2005