Partager

La dernière apparition publique du président gabonais, Ali Bongo, lors de la célébration du 59e anniversaire de son pays, le 17 août dernier, n’en finit pas d’alimenter la polémique, au Gabon. Car, on a l’impression qu’il s’agit d’une sortie qui, visiblement, était destinée à émousser les ardeurs du collectif « Appel à agir » et des personnalités de l’opposition qui avaient, courant mars 2019, demandé à la Justice gabonaise, de se pencher sur une requête d’expertise médicale de celui-là même qui se dit apte à présider aux destinées du Gabon. Cette demande de la société civile et de certains cadres de l’opposition dont des députés, avait, en effet, été rejetée en première instance, début mai, et ce, alors même que le président gabonais, sur les images, apparaît très mal en point. Pourquoi une telle addiction au pouvoir ? Est-on tenté de se demander. A dire vrai, Ali Bongo ne rend service ni à lui-même ni à son peuple qui a droit à la vérité. Mais comme on le sait, ils sont nombreux, ses courtisans qui, dans l’ombre, s’emploient pour que capote cette demande d’expertise médicale qui devrait pourtant couper court à toutes les supputations. Cela dit, les cimetières étant pleins de «gens indispensables », Ali Bongo doit comprendre qu’il est après tout un mortel et s’attacher plutôt à l’image que les Gabonais garderont de lui….LePays