Partager

La distribution des cartes Nina ne va pas sans grincement de dents surtout du côté des forces de sécurité qui, apparemment, n’auraient rien perçu comme frais de déplacement.

A peine l’opération de distribution des cartes Nina a démarré, des difficultés apparentes n’ont pas tardé à surgir. En plus du cafouillage constaté dans de nombreux centres de distribution du précieux sésame car, condition sine qua non à la participation de l’électeur au vote, il y a le problème de per diem des forces de sécurité déployées dans les centres pour veiller à la sécurité des agents en charge de la distribution des cartes Nina.

Sur le terrain, il y a une certaine démotivation des agents de sécurité en l’occurrence, des policiers. Selon nos informations, ceux-ci n’ont pas reçu un franc en guise de frais de déplacement. Ce qui explique l’absence de policiers ou leur présence en nombre insuffisant dans des centres de distribution.

« Les frais de déplacement des policiers pour la surveillance des centres et la sécurité des agents de distribution, selon mes informations, n’ont pas été payés. Dans un centre où devaient être présents six éléments de la sécurité, ce sont deux qui répondent à l’appel », confie une autorité communale. Cette absence remarquée des éléments de sécurité découle du non paiement de leur frais de déplacement qui serait de l’ordre de 2000 F CFA par jour.

Aux dires de notre source, l’argent représentant le déplacement des agents de sécurité aurait été versé à la hiérarchie qui se devait en retour de s’occuper de la prise en charge des éléments déployés sur le terrain. Ce qui n’est jusque-là pas le cas. N’ayant rien à mettre sous la dent, des agents de sécurité ont préféré bouder, le temps d’y voir clair ou d’être mis dans leur droit.

Le peu de présence des forces de sécurité dans les centres de distribution des cartes Nina a occasionné lundi 1er juillet 2013 la suspension de distribution des cartes à Niaréla en Commune II.

Ne se sentant guère en sécurité suite à l’agression du superviseur du centre de Niaréla, les agents de distribution ont mis la clé sous le paillasson exigeant plus de présence des forces de sécurité. Mais le boycott a été de courte durée puisque le processus de distribution des cartes a repris son cours normal le lendemain mardi.

L’autre mouvement d’humeur toujours le lundi dernier est venu du côté des agents de distribution des communes I, II, et III qui se sont plaints de n’avoir perçu que 7500 F CFA comme frais de déplacement contre 15 000 F CFA pour leurs collègues des communes IV, V et VI. Mais au finish, un arrangement a été trouvé.

Indépendamment des frais de déplacement, les chefs de file ont droit 4000 F CFA/jour et les agents de distribution 2000 F CFA.

Mohamed Daou

Les Échos du 04 Juillet 2013