Partager

Suite à sa démission forcée le 11 décembre 2012 par le fait exclusif de ses amis, devenus par finir ses pires ennemis, le Premier Ministre de pleins pouvoirs ne semble laisser aucune trace. Mais il nous revient que l’ex Pm se porte à merveille. D’ailleurs, nous disent ses proches, Cheick Modibo suit de très près l’évolution du pays. Notamment à travers l’actualité d’abord au Nord Mali, dossier sur lequel la patron de la junte- on s’en souvient- l’avait violemment pris à parti. Et aussi sur la présidentielle du 28 juillet à laquelle il était censé participer comme l’un des candidats les plus en vue.

Selon un de ses proches que nous avons pu joindre, Cheick Modibo « n’a pas de problème, il est chez lui au quartier Moribabougou. En tant qu’ex Premier ministre de la République, il n’a nullement renoncé à participer à la construction du pays, à sa manière. Il continue à recevoir ses amis au tour d’une tasse de thé à domicile. »

A l’Hippodrome, au siège de son parti, le RDPM, c’est silence radio. Tout est fermé. Mais aux dires des voisins «nous n’avons jamais vu Cheick Modibo lui-même au siège ici, mais souvent il y a des gens qui viennent et repartent …».

Check Modibo voyage beaucoup pour ses propres activités en tant que le représentant de Microsoft Africa, nous a-t-on dit. Récemment il était au Maroc pour une rencontre. Au Mali il se fait rare. De l’avis de ceux qui sont restés à ses côtés (malgré tout), l’ex-PM a été déçu de certaines personnes auxquelles pourtant il faisait entièrement confiance.

Avant l’intervention militaire française au Mali, Cheick Modibo Diarra était à résidence surveillée par des gendarmes et quelques hommes de Sanogo. Ces derniers étaient encore là, à son domicile, à la date du 12 janvier 2013. Mais c’est grâce à l’intervention française du 11 janvier qu’il a pu enfin effectuer son premier voyage à l’extérieur où est il est allé faire des analyses et visites médicales.

Un de nos confrères croit savoir que Cheick Modibo Diarra est entrain de se préparer pour les élections présidentielles du 28 juillet 2013. Il sera candidat malgré tout ce qu’on lui reproche, nous a-t-il confié avant d’ajouter: « au moment opportun, on l’entendra haut et fort ». Mais quelle n’a pas été notre surprise de constater que le quartier général de sa campagne électoral à l’ACI est devenu le siège de la CROIX ROUGE.

Ses amis et anciens collaborateurs que nous avons rencontrés sont unanimes à dire que Cheik Modibo, gendre du général Moussa Traoré, n’a pas dit son dernier mot, notamment à propos des accusations de malversations et détournements du fonds publics dont il a fait l’objet. Il parlera le moment venu, ses adversaires n’ont qu’à tenir cela pour dit.

Bokoum Abdoul Momini

24/06/2013

Source : Arawanexpress.com