Partager

Une délégation de la Fédération Malienne de Football conduite par son président, Boubacar Baba Diarra sera ce week-end à Paris pour un éventuel renouvellement du contrat de sponsoring avec l’équipementier des Aigles du Mali, notre compatriote, Malamine Koné, patron de la marque de sports Airness. D’après nos informations, ce dernier est prêt à faire une autre offre plus intéressante pour le développement du football malien.

Depuis mars 2005, le patron de la marque de sport Airness, notre compatriote Malamine Koné, est l’équipementier de l’équipe nationale du Mali. C’est dans ce cadre que la Fédération malienne de football et le groupe Airness sont liés par un contrat. Comme il est stipulé dans ce contrat, les deux parties ont l’obligation de se rencontrer afin de renégocier les clauses quelques mois avant la fin de ce partenariat.

C’est dans ce cadre qu’une délégation de la Fédération Malienne de Football se rendra ce week-end (8 au 9 février) à Paris sur invitation du patron du Groupe Airness, Malamine Koné. Pour la circonstance, le président de Malifoot, Boubacar Baba Diarra sera accompagné de son 2ème vice-président, Sahala Baby et du président de la Commission marketing et sponsoring, Mohamed Saïba Soumano.

La mission sera renforcée à Paris par Djibril Traoré, conseiller spécial du président de Malifoot, chargé de la détection des jeunes footballeurs en Europe. Il s’agit, durant le séjour parisien, d’échanger avec Malamine Koné pour un éventuel renouvellement du contrat de sponsoring de l’équipementier des Aigles du Mali, qui expire dans quelques semaines. Cette rencontre qui se déroulera, sûrement dans des conditions fraternelles et amicales, aura lieu au siège de la société Airness à Paris. Selon des sources proches de Malifoot, Malamine Koné semble être partant pour renouveler son partenariat avec l’instance dirigeante du football malien. Et il est même prêt à présenter une nouvelle offre plus intéressante pour l’avenir de notre sport roi. Il s’agit de voir maintenant les conclusions de cette rencontre.

ALOU BADRA HAÏDARA

L’Indépendant du 7 Février 2014