Partager

Les prix de l’huile, du sucre, de l’arachide et mêmes des céréales ont chuté. En Commune IV, aux marchés de Lafiabougou, Hamdallaye et Sébénicoro, le coût des produits ont diminué avec une grande différence, comparé à l’année dernière à la même période. Cette baisse des prix est due au fait que les marchés de la Commune IV, nous a-ton susurré à l’oreille, sont suffisamment ravitaillés en produits de première nécessité.

Conséquence : le prix du litre d’huile est compris entre 750 à 800 F CFA contre 850 et 900 F CFA, il y a 3 mois. Le kilo du sucre est cédé entre 450 et 455 F CFA contre 550 et 600 F CFA il y a quelques semaines. Le lait en poudre était à 2900 F CFA par kilo. Présentement, il n’en coûte que 2700 F CFA le kilo.

La farine était à 475 F CFA, il est vendu aujourd’hui à 450 F CFA le kilo, soit une réduction de 25 F CFA. Un sac de 50 kg de riz local était vendu entre 20 000 et 22 500 F CFA, c’est-à-dire de 400 à 450 F CFA le kilo. Aujourd’hui, ce même sac est vendu entre 16 500 et 17 500 F CFA. En revanche, le riz étranger, qui était exonéré à 16 000 F CFA le sac (340 F CFA le kilo), est à 17 500 F CFA le sac de 50 kilos, soit 375 F CFA le kilo chez les détaillants.

Le maïs (ancienne récolte) coûtait 250 F CFA le kilo, la nouvelle récolte se situe entre 175 et 200 F CFA par kilo. L’aliment le plus consommé à Bamako qui est le haricot le prix était à la hausse l’année dernière avec 750 F CFA le kilo par les détaillants et 37 000 F CFA le sac. Cette année, le prix est entre 400 et 450 F CFA le kilo au détail, 20 000 et 22 500 F CFA le sac.

Oumou Kéita, qui habite un quartier de la Commune IV, se félicite de cette tendance à la baisse qui permet aux ménagères de « souffler un peu en cette période de crise et de soudure ».

Aissétou Toumagnon Kanté (stagiaire)