Partager

La population malienne est massivement confrontée à une paupérisation progressive, malgré les énormes appuis techniques et financiers dont bénéficie notre pays de la part de ses partenaires. Pour endiguer la mal gouvernance, un groupe de suivi budgétaire a vu le jour. Son lancement a eu lieu le 6 novembre 2008 sous la présidence du ministre de l’Administration territoriale et des Collectivités locales, Kafougouna Koné.

Pour le financement de son développement économique et social, le Mali bénéficie d’appuis techniques et financiers de la part des partenaires bilatéraux et multilatéraux, ainsi que des organisations non gouvernementales.

Cet effort de mobilisation de ressources et d’amélioration des politiques de développement de la part de l’Etat n’a pas eu jusque là comme conséquence de freiner la paupérisation de la population malienne.

La mal gouvernance des ressources publiques est à l’origine de ce constat amer, malgré les efforts de différents organes publics de contrôle, notamment les inspections des services, la section des comptes de la Cour suprême et le Vérificateur Général.

Face à cette situation, l’Etat et ses partenaires ont adopté de nouvelles orientations qui requièrent une plus grande implication des acteurs non étatiques, notamment les organisations de la société civile, dans la gouvernance des ressources publiques.

Un groupe de suivi budgétaire, constitué par certaines organisations de la société civile malienne, a vu le jour dans la droite ligne de la mise en œuvre des recommandations de l’atelier régional sur le contrôle citoyen des politiques et budgets de développement tenu à Bamako en mars 2007.

Le groupe de suivi budgétaire constitué de (Aadec, CAD/Mali, Cafo, Cnsc, Deme-so, Fds, Nef et Rpl) a pour objectif principal de renforcer les capacités des organisations de la société civile en matière de suivi budgétaire. Pour ce faire, il a initié un programme citoyen de suivi des politiques et budgets de développement pour la période 2008-2010, financé par Oxfam Novib (Pays-Bas) et ayant le Conseil national de la société civile comme point focal.

Ces nouvelles orientations à partir de la déclaration de Paris, visent une gestion plus efficace de l’aide publique au développement et la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement (OMD) et l’éradication de la pauvreté au Mali.


Boukari Daou

07 Novembre 2008