Partager

Avec l’initiative riz engagée au Mali pour la première foi, selon laquelle le gouvernement malien a consenti des efforts inestimables de soutien à la production, notamment du riz, c’est parti pour un processus salutaire qui offre toutes les chances au pays, aux autorités de contribuer de façon significative à l’amélioration des conditions de vie et de travail des populations.

Dans cette quête continuelle des populations, la chose la plus importante que l’Etat malien a proposée à travers l’initiative riz a fait l’objet de critiques de toutes parts. Certains étaient même allés à tenter de dissuader le gouvernement, estimant que son chef, le Premier ministre, a des ambitions irréalisables.

En son temps, on a fait parler ceux qu’on a appelé des experts en agriculture qui se sont appliqués à démontrer, par quelles astuces, on ignore, que le projet est voué à l’échec. Qu’à cela ne tienne, les efforts se sont poursuivis et le résultat est incontestablement bon pour le bonheur de tous les Maliens, indépendamment des clivages politiques. Les inquiétudes exprimées avec véhémence étaient fausses, puisque basées sur de fausses données et la mauvaise foi.

La nécessite d’un contrôle rigoureux des prix sur le marche

A présent, il y a lieu de gérer l’abondance de récolte; ce qui n’est pas chose facile dans un pays où le marché n’a jamais pu être contrôlé par aucun pouvoir. Le contexte de libéralisme économique a davantage compliqué la situation. Le problème part des commerçants qui sont pour un grand nombre, cupides, hostiles aux prix abordables des produits divers.

Ainsi, dès que certains ont appris que les résultats de l’initiative riz sont bons, ils se sont empressés à occuper le terrain pour acheter le fruit du labeur des producteurs soutenus par l’Etrt malien à coup de milliards de subventions afin que la flambée infernale des prix soit atténuée.

A ce niveau assurément il y a des efforts à faire pour éviter que nos commerçants ne s’adonnent à la spéculation à outrance annihilant de cette manière tous les efforts du gouvernement, des paysans et compromettant par la même occasion les intérêts des consommateurs qui ont beaucoup peiné ces derniers temps.


Des améliorations s’imposent

Le coup d’essai a été un coup de maître envers et contre tout pour le grand bonheur de l’ensemble des Maliens. Il s’agit d’un projet exemplaire, malgré les insuffisances constatées çà et là. Place maintenant à une évaluation sans complaisance de la mise en oeuvre de l’initiative riz afin de corriger lacunes et insuffisances, de mieux s’organiser pour les années futures.

La tendance doit être la poursuite des efforts pour obtenir davantage de résultats. Comme l’ont toujours dit les visiteurs de notre pays, le Mali ne doit pas être confronté à l’insécurité alimentaire, tant les potentialités de développement de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche sont énormes.

Il est possible de mieux faire les années suivantes

Mais pour démonter cela, la meilleure manière est sans doute de chercher à les exploiter au maximum les potentialités dans ces domaines et de procéder à une programmation en vue de la réalisation d’investissements importants tant dans le cadre de la subvention des paysans que de la prospection de nouvelles possibilités susceptibles de renforcer les acquis.

En effet, après la subvention de l’ancrais, des semences, il serait bon d’envisager, dans la mesure du possible des efforts au niveau de la redevance eau qui représente le véritable casse tête pour les paysans. En effet, on se rappelle que quelques années auparavant, des paysans ont été dépossédés de leurs champs au motifs qu’ils ont été incapables de payer leur redevance eau à l’Office du Niger.

Ce fut une erreur et c’est sans doute par là également qu’on peut envisager des facilités pour les paysans pour les encourager dans leurs efforts. Ainsi, la marche vers l’autosuffisance alimentaire et de façon durable est un exercice de longue haleine. Mais, l’expérimentation de l’initiative riz montre la voie à suivre pour gagner le combat de l’autosuffisance alimentaire, puisque les résultats engrangés démontrent que l’atteinte de cet objectif n’est pas au-dessus de nos moyens.

D’ores et déjà, il importe que nous développions une synergie positive autour de l’initiative riz, il y va du bien-être de l’ensemble des Maliens. Nous devons perdre l’habitude de nier l’évidence.

Moussa SOW

21 Novembre 2008