Partager


Dans quelques jours, les Aigles entament les éliminatoires combinées de la Can/Mondial-2010 à domicile contre le Congo-Brazzaville. En prélude à cette rencontre, le sélectionneur national, Stephen Keshi, qui avait publié une liste de 30 joueurs, a animé une conférence de presse jeudi au siège de la Fédération malienne de football. Le Nigérian s’est montré prêt à relever le « challenge ».

Beaucoup de zones d’ombre et de supputations existaient sur les Aigles depuis leur élimination peu glorieuse de la Coupe d’Afrique des nations Ghana-2008. Lors de sa toute première conférence de presse, l’entraîneur national des Aigles, le Nigérian Stephen Keshi a entretenu la presse sur le challenge qui l’attend à la tête du onze national.

Il était en compagnie de son staff technique qui affiche désormais complet avec Mamadou Coulibaly comme entraîneur adjoint et deux étrangers comme préparateur physique et superviseur de matches (Timothée et Valère, respectivement du Togo et du Nigeria) en plus du préparateur physique Mamoutou Kané dit Mourley.

Pour Keshi, le choix de Mamadou Coulibaly a été motivé par sa familiarité avec les joueurs, dont il a guidé certains à la 3e place à la Coupe du monde des juniors en 1999 au Nigeria. A ses dires, les deux autres ont déjà travaillé avec lui au Togo, un pays qu’il avait qualifié à la phase finale du Mondial-2006.

Pour le début des éliminatoires, Stephen Keshi a soutenu avoir convoqué 30 joueurs par prudence, car « on ne sait jamais ce qui va se passer ». Même s’il connaît certains joueurs, il a été guidé dans ses choix par son adjoint Mamadou Coulibaly et Sadia Cissé, longtemps employé par la Femafoot.

Mais le Nigérian, tout en reconnaissant les difficultés du football malien, a d’ores et déjà averti que : « je ne joue pas avec le nom mais la performance. Il n’y a pas question de joueurs locaux ou de joueurs professionnels. Les professionnels doivent se battre pour avoir leur place et pour qu’on ait une bonne équipe ».

Parlant de ses contacts avec les joueurs, il a déclaré être de retour d’une tournée de prise de contact avec les joueurs, qui se sont dits prêts à mouiller le maillot pour le Mali et « nous nous entretenons aussi par téléphone ». A l’en croire, certains Aigles sont déjà à Bamako et d’autres ont confirmé leur arrivée.

Les indisciplinés seront « écartés »

Sur le cas Mamadou Bagayoko, le sélectionneur national a confirmé l’accord de principe de l’enfant de Kéla et son retour chez les Aigles. « Je suis parti à Nantes où j’ai assisté à leur match de montée en Ligue 1. J’ai rencontré Mamadou Bagayoko pour son retour en équipe nationale.

Il avait été très déçu par le passé, mais je l’ai convaincu pour qu’il endosse de nouveau le maillot national. Il est d’accord. Ce qui est passé est passé ». Soumaïla Coulibaly se serait aussi dit prêt à rejouer avec les Aigles en dépit du fait qu’il était attristé par le passé, notamment avec l’ancien coach Jean-François Jodar.

Quant au match du 1er juin contre le Congo-Brazzaville, Keshi a averti que « ce sera un peu dur sans des matches de préparation, mais ça viendra avec le travail. Il faut être un peu patient ». Le sélectionneur national ne minimise aucun de ses adversaires. « Tous les adversaires sont bons.

Nous allons essayer de gagner match par match. Si le Mali a l’habitude de perdre ses premiers matches éliminatoires, cette fois-ci, nous n’allons pas perdre », a-t-il promis.

La discipline étant l’une des clés de la réussite, Stephen Keshi veillera sur ce point : « Je ferai sortir les indisciplinés du groupe ». Dans le but de mener à bien son ambition de qualifier le Mali pour le Mondial-2010, l’ancien capitaine des Super Eagles sollicite l’union sacrée autour de l’équipe nationale. « Ce n’est pas une affaire de Keshi ou de la Fédération.


C’est une affaire de pays et non d’individus. Il faut laisser les sentiments de côté pour se mobiliser derrière l’équipe
».

Surtout que malgré tout le potentiel qu’il a toujours eu, le « Mali est la risée à l’étranger avec seulement 5 participations en 29 éditions de la Can ». Keshi, qui s’est montré confiant quant à l’avenir des Aigles pense que « ce ne sera pas un crime si le Mali se qualifiait pour le Mondial-2010 en Afrique du Sud ». A cet égard, le cas du Togo est édifiant.


Ogopémo Ouologuem

(stagiaire)

23 Mai 2008