Partager


Les Douaniers s’étaient déplacés à Bamako pour préserver l’essentiel. Ils ont fait mieux en battant (2-1) le Stade malien en match du premier tour des préliminaires de Ligue africaine des champions. Les Gabelous ont pris une avance sérieuse en vue de la qualification pour le second tour. Les Blancs doivent revoir leurs ambitions africaines en attendant d’avoir les vraies armes pour les réaliser.

« L’AS Douane n’est pas le Nianan, ni le CSD ou l’AS Commune II contre lesquelles le Stade malien s’est contenté d’engranger les points de la victoire et rien de plus en championnat national », avertissait un confrère. C’était à la veille de la rencontre de dimanche dernier au Stade du 26 Mars en match aller du premier tour des éliminatoires de la Ligue africaine des champions.

Lors de cette rencontre, les protégés de Mohamed Magassouba ont malheureusement confirmé nos craintes : l’effectif du Stade n’est pas à la hauteur de ses ambitions africaines. Ce qui est inquiétant pour le football malien dont le Stade est le champion consécutif depuis trois saisons. Premiers à ouvrir le score dès la 19e minute, par Karim Sogoba, les protégés de Mahamadou Samaké se sont endormis par la suite. Croyant avoir fait l’essentiel, ils ont surtout fait preuve d’une incroyable suffisance défensive. Ce qui rendait inefficace l’ambitieux 4-3-3 pour lequel avait opté Magassouba pour étouffer les visiteurs.

Des visiteurs venus prudemment aborder cette manche aller. « Etant donné qu’on n’a pas beaucoup d’informations sur nos adversaires ni sur le plan jeu encore moins sur la qualité de leurs joueurs, et compte tenu que c’est un match qui se joue à l’extérieur, je pense qu’il va falloir verrouiller derrière d’abord et après jouer devant les coups à fond » ! C’est avec cette résolution que le coach de l’AS Douane, Badara Sarr, a fait le déplacement de Bamako pour affronter le Stade malien en préliminaires de la Ligue africaine des champions.

Et c’est cette consigne de prudence qui a prévalu dans le camp des Gabelous même s’ils se sont faits surprendre à la 19e minute par les attaquants des Blancs de Bamako. L’ouverture du score a visiblement créé la panique dans le camp sénégalais. Les poulains de Badara Sarr se sont contentés de repousser les assauts des Maliens sans chercher à construire pour riposter. Avec un milieu de terrain effacé, les attaquants comme Célestin Faye et Boubacar Mbengue ont été sevrés de balles durant une grande partie de la première mi-temps. Malheureusement pour les Blancs, cette panique n’a été que de courte durée.

En, effet, les Douaniers parviennent à exploiter les bévues adverses pour établir la parité juste avant la pause (43e minute). Les Gabelous allaient une seconde fois se payer la tête de la défense stadiste en doublant la mise dans les arrêts de jeu. Sans dominer la partie, les Sénégalais regagnaient ainsi les vestiaires en menant au score.

A la reprise, Mohamed Magassouba, lance l’une des valeurs sûres du football malien dans le bain : Lassana Diallo. Mais, cela ne s’est pas avéré suffisant pour renverser la situation puisque ce sont les Douaniers qui se sont créés les meilleures occasions en seconde période. Heureusement, leurs attaquants ont souvent fait preuve d’une maladresse incroyable sinon l’addition aurait été plus salée.

Menant au score, les représentants du Sénégal se sont finalement contentés de gérer cette avance en brisant le rythme de l’adversaire. Ce qui lui réussi bien, surtout que les Blancs de Bamako ont terminé la partie en infériorité numérique après l’expulsion du défenseur Modibo Sow pour deux cartons jaunes. Même si les Gabelous paraissaient moins en jambe que leurs adversaires, ils ont su judicieusement exploiter leur expérience pour piéger et vaincre la jeune équipe malienne.


La victoire de l’expérience

Les Blancs de Sotuba n’ont pas réussi à empêcher les Gabelous sénégalais d’imprimer un faux rythme à la rencontre. Cela leur a été fatal. Des talents comme Bakary Coulibaly, Djibril Sacko, Modibo Sow, Daouda Bagayogo, Moussa Diop, Karim Sogoba… sont apparus désarmés face à des vieux briscards que sont Vito Badiane, Ousmane Ndao, Nicholas Ndione, Babacar Ndiaye, les frères Mbengue et Pape Alé Thiack. Ils n’ont pas pu non plus tenir la concurrence face à des jeunes loups aux dents longues tels Pape Malick Cissé, Karamba Coly, Célestin Faye, Mame Daouda Gning… A l’arrivée, ce sont les visiteurs qui empochent le gain du match.

Il est vrai que ce n’est que la première partie d’un scénario à deux épisodes. Mais, on voit mal le Stade remonter la pente après ce qu’il a démontré dimanche dernier au stade du 26 Mars. Difficile en tout cas de partager l’optimisme de Magassouba et de certains de ses joueurs qui espèrent rendre la monnaie aux Douaniers dans deux semaines à Dakar.

Cette opposition est la 3e entre l’AS Douane et des Clubs maliens. Les Douanier avaient déjà affronté le Club Olympique de Bamako (COB, en Coupe de la Caf) et le Djoliba AC en Ligue des Champions. Ces retrouvailles sont considérées par les responsables de l’AS Douane comme la belle puisque chaque partie a à son actif une qualification sur l’autre. Eliminés par le COB en Coupe Caf, les Douaniers avaient pris leur revanche sur les Djolibistes en Ligue des champions. Et les Gabelous ont pris une avance confortable pour s’offrir la « belle ».


Moussa Bolly

30 janvier 2007.