Partager

Le Comité National Olympique et Sportif du Mali (CNOSM) est issu de la fusion en juillet 1999 du Comité National des Sports créé en 1960 et du Comité National Olympique créé en 1965 et reconnu par le Comité Olympique International (CIO) en 1963. La mission principale du CNOSM est de développer et de protéger le mouvement olympique conformément à la Charte olympique.

Pour renforcer le partenariat entre le Comité National Olympique et Sportif du Mali et l’Etat, le Conseil des ministres a adopté, le mercredi 1er avril, le projet de décret portant reconnaissance d’utilité publique du CNOSM. Ce qui permettra au Comité de consolider davantage sa contribution dans le développement du sport au Mali.

Ce nouveau statut a été apprécié, à sa juste valeur, par les responsables du Comité. Il permettra de réaliser la vision du Président ATT, à savoir développer tous les sports.

«Nous sommes, aujourd’hui, fiers que le Gouvernement reconnaît le Comité comme vecteur de développement du sport. Nous pensons que c’est une première au niveau du sport au Mali. Ce nouveau statut d’utilité publique est une aubaine pour le Comité National Olympique et Sportif de jouer pleinement son rôle pour le développement du sport dans notre pays.

Ce qui s’inscrit en droite ligne de la vision du Chef de l’Etat, Amadou Toumani Touré. C’est vrai que nous avons toujours bénéficié de l’appui de l’Etat, mais le statut d’utilité publique va renforcer ce partenariat pour le bonheur du mouvement olympique. Parce que nous travaillons à l’unité et à la cohésion au niveau de ce mouvement.

Pour mener à bien notre mission, nous allons continuer à collaborer avec les fédérations sportives reconnues par le Comité. Et nous essayons aussi de faire revenir les fédérations qui ont des difficultés» nous a confié, hier matin, le Secrétaire général du CNOSM, Mohamed Oumar Traoré. D’après la Charte Olympique, précisera-t-il, «le Comité national olympique et sportif peut collaborer avec le gouvernement tout en préservant son identité d’association apolitique».

«Si l’Etat nous fait bénéficier d’une dotation financière, nous avons l’obligation de lui rendre compte. Et nous souhaitons que le gouvernement nous affecte un budget chaque année» a laissé entendre Mohamed Oumar Traoré.

Rappelons que le CNOSM a pour but de regrouper tous les organes à caractère national régissant les activités physiques et sportives, de représenter le mouvement sportif malien pour toutes les questions d’intérêt général auprès des pouvoirs publics et des organismes officiels tant au Mali qu’à l’étranger.

Les activités du CNOSM sont axées, entre autres, sur la formation d’entraîneurs, d’administration et d’officiels techniques, la recherche et la mise à disposition de bourses olympiques de formation d’entraîneurs maliens à l’étranger, la préparation des sportifs maliens pour leur participation aux jeux continentaux et régionaux, l’assistance aux associations sportives dans la réalisation de leur programme.

Depuis sa création et sa reconnaissance par le Comité Olympique International, le CNOSM a œuvré pour le développement du sport national par la multiplication des disciplines sportives. Le Président Habib Sissoko nourrit beaucoup d’ambitions dans son programme pour 2008 – 2012.

Les actions de cet ambitieux programme sont axées, entre autres, par la réhabilitation des infrastructures sportives, la construction d’un centre-relais Olympafrica à Markala, la mise en place d’un programme d’archivage et d’information sur le sport au Mali par une saine utilisation des nouvelles technologies de l’information.

Au niveau des Fédérations Nationales, Associations et Groupements Sportifs, le CNOSM envisage d’instaurer un véritable dialogue constructif. Renforcer les capacités matérielles, financières des fédérations nationales sportives dans le sens de la maîtrise du marketing, lutter contre la violence et instaurer une réelle éducation du fair-play, répondre aux besoins de formation des athlètes font partie aussi des ambitions du CNOSM.

L’équipe de Habib Sissoko veut établir et renforcer davantage une saine collaboration avec les organismes gouvernementaux et maintenir un climat de véritable partenariat avec le ministère de la Jeunesse et des Sports.

Alou B HAIDARA

03 Avril 2009