Partager

Coupe de la CAF/DAC-manga sport (3-1) :

Les Gabonais du Manga Sport voient rouge

En s’imposant par 3 buts à 1 face au Manga Sport du Gabon, en match aller des 8es de finale de la Coupe de la Confédération africaine de football (Caf), disputé dimanche au stade Modibo Kéita, le Djoliba a pris une option sérieuse pour les 1/2 de finale.

Devant un public nombreux, le Djoliba, sous la houlette du « doyen » Bouramablen, dès le début de la rencontre inquiète Manga Sport. L’équipe de Hérémakono obtient dès la première seconde du match d’un coup franc. A la 5e le même Bouramablen reprend du pied un centre de Guimballa Oulé Tounkara. Malheureusement, la balle passe sur la barre transversale. C’est la première d’une série de trois autres véritables occasions des Rouges par le même Bréhima Traoré contre une seule occasion gabonaise consécutive à une incursion sans danger à la 26e de l’ancien joueur du Stade malien de Bamako, Mamadou Dosso.

Après la période d’oxygénation, précisément à la 51e, les poulains de Conti plus entreprenants ouvrent la marque. Bréhima Traoré, déporté sur le flanc droit et après une reprise à mi-volet, bat le gardien des miniers trop avancé. Un but salué à sa juste valeur par les milliers de supporters. Cette ouverture du score donne des ailes aux Rouges qui, par l’entremise de Yahaya Coulibaly, passe à la 54e à côté de l’aggravation du score. Yahaya bute sur le gardien du Manga Sport, Bitseki Yves Steph, qui sauve de façon inespérée son équipe alors que la balle partait droit au fond de ses filets.

Devant les balbutiements des Vert et Jaune, les Rouges vont mettre la pression. A la 57e, suite à un corner, un défenseur gabonais manie la balle de la main. L’arbitre nigérian Mana Sulé siffle le penalty que transforme Yahaya Coulibaly alias « Souraka ». Les deux entraîneurs procèdent alors à des changements. A la 61e, le Djoliba bien inspiré va marquer son troisième but par Souleymane Dembélé. A 3-0, Manga Sport voit rouge.

Lusadusu Médard, l’entraîneur du Manga Sport donne de la voix. Méthode payante puisque ses poulains réussissent à réduire le score par Mabedi Samson. Ce dernier, entré à trois minutes de la fin, sur un centre de Mamadou Dosso coupe la trajectoire et inscrit l’unique but de son équipe. Malgré la pression de dernière minute et les arrêts de jeu, la garde de Manga Sport ne cédera plus jusqu’au coup de sifflet final de l’arbitre nigérian Mana Sulé.
En somme les Gabonais qui n’ont pas explosé durant une bonne partie de la rencontre, ont fait montre de vigilance et d’agressivité pour sauver l’honneur. Toutes choses qui s’avèrent dangereux pour le Djoliba malgré son avance dans deux semaines à Moanda. Pour franchir le cap gabonais, l’équipe de Karounga Kéita devra revoir le placement de son secteur médian, mais également son flanc droit pour préserver l’acquis du match aller.

Boubacar Diakité Sarr

Ils ont dit

Lusadusu Médard (entraîneur Manga Sport) : « Un match à deux visages »

« J’ai vu un match à double visage. Une première mi-temps où mon équipe avait du mal à se positionner. Et en deuxième mi-temps, nous sommes arrivés à prendre les repères, mais l’adversaire a pu marquer coup sur coup trois buts dont un penalty. Notre unique but sera capital au match retour. J’ai été opposé à une équipe de qualité ».

Alou Badra Diallo (entraîneur du Djoliba) : « Une faute de placement »

« Je suis satisfait de ce score. Je pense qu’il nous rassure pour le match retour. J’ai beaucoup de regrets pour les occasions de but ratées. Et ils ont réagi et marqué un but sur une faute de placement, car il fallait être attentif. Toutefois l’avance nous sécurise ».

Lassana Fané (joueur du Djoliba) : « Rien n’est joué »

« Je suis satisfait, mais qu’on sache que rien n’est encore joué et tout reste possible. Ce soir nous avons manqué de concentration par moments et surtout de sur placement. Pis nous sommes restés derrière. L’essentiel est fait, reste à préserver cet acquis au Gabon ».

N’Gamana Hervé (capitaine Manga Sport) : « Cette défaite nous attriste »

« Le Manga a joué comme il le fait d’ordinaire. Malheureusement, nous avons perdu devant un adversaire très motivé. Cette défaite nous attriste parce que nous aurions voulu rester dans la dynamique du succès. Nous allons nous remettre au travail pour préparer le match retour et passer ce cap ».
Propos recueillis par Sarr

— –

Centre technique de Kayo

Un joyau non encore opérationnel

Le ministre de la Jeunesse et des Sports a visité jeudi dernier le Centre technique de football de Kayo (à quelques kilomètres de Koulikoro). Pour la circonstance, le ministre était accompagné des membres de son cabinet, des autorités administratives de Koulikoro et des représentants de la Fédération malienne de football.

D’un coût total de 700 000 dollars US (environ 350 millions de F CFA, dont 200 millions de F CFA financés par la Fifa contre 150 millions pour l’Etat malien), le Centre technique de Kayo entre dans le cadre du Projet de développement du football de la Fifa communément appelé « Goal ». Il est donc le fruit de l’assistance de la Fifa aux associations nationales africaines et destiné à la formation (jeunes footballeurs, administrateurs, arbitres, techniciens…).
C’est le 6 décembre 2007 que la remise officielle des clés du Centre technique de Kayo a été effectuée à l’actuelle équipe de la Fédération malienne de football (Femafoot) par l’émissaire de la Fifa, l’Ivoirien Kablan Sampon. La cérémonie s’était déroulée en présence de plusieurs responsables sportifs du pays et des autorités administratives de la région de Koulikoro.

« Gagner en Afrique avec l’Afrique en 2010 » est un autre projet de l’institution dirigée par Blatter, qui concerne les associations de football. Elle découle de la volonté de la Fifa de profiter de la Coupe du monde 2010 prévue en Afrique du Sud pour aider le football africain en offrant aux organisations de gestion des équipements sportifs et administratifs. Et l’importance d’un centre technique est avérée pour les sportifs, les joueurs, les arbitres, les journalistes. Bref, toutes les composantes du football malien bénéficieront désormais d’un cadre idéal de formation.

Un constat qui a fait dire au ministre Hamane Niang que « c’est un joyau que nous avons ici à notre disposition. Le football, le sport en général, a besoin des infrastructures de ce genre pour se développer ». Mais, il a néanmoins souligné qu’il reste beaucoup à faire, surtout au niveau de l’équipement. Les tables bancs ne sont pas adaptés au niveau du Centre qui manque aussi d’issues de secours. Tout comme il n’y a pas suffisamment de lampadaires. Sans compter que l’ameublement des dortoirs ne convient pas aussi à tous les visiteurs du jour.

Pour rendre le Centre rapidement opérationnel, le ministre a souhaité une rencontre, dans les meilleurs délais, entre la DNSEP, la Fédération et les autorités de Koulikoro afin de mieux cerner tous les problèmes relatifs à l’opérationnalisation du Centre technique de Kayo. En tout cas, Hamane Niang a souhaité qu’il puisse démarrer ses activités au plus tard le 1er octobre 2008.

Le Centre de Kayo porte à deux le nombre d’infrastructures réalisées par le projet « Goal » après le siège de la Fédération malienne de football à l’ACI-2000. La 3e infrastructure est le stade Mamadou Konaté présentement en chantier.

Moussa Bolly
(chargé de communication/MJS)

29 avril 2008