Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  L’Indépendant
Rébellion au Niger : Kadhafi demande la reconnaissance du MNJ avant d’offrir sa médiation


Le guide libyen, Mouammar Kadhafi, sollicité pour dénouer le conflit au nord-Niger, a décliné les préalables à sa médiation dans la résolution de la rébellion conduite par le Mouvement des Nigériens pour la justice (MNJ), a appris samedi, de source autorisée.

Fin juillet, des responsables coutumiers nigériens de la région d’Agadez avaient été reçus fin à Tripoli où ils avaient demandé le soutien de Mouammar Kadhafi afin d’arrêter les hostilités dans la partie nord du Niger.

Dans un message diffusé sur les antennes de plusieurs radios et télévisions nigériennes, vendredi dans la soirée, le Colonel Kadhafi a demandé aux autorités nigériennes de "reconnaître le MNJ, comme un mouvement de rébellion" ainsi que la "cessation des attaques" dirigées contre lui dans les milieux sociopolitiques nigériens.

Plusieurs organisations de la société civile nigérienne ont dénoncé "la complicité active de certains pays comme la Libye de Kadhafi et d’autres groupes d’intérêts étrangers comme AREVA" accusés "d’empêcher la prospection et l’extraction de nos richesses minières".

Un journal nigérien, "L’Evénement", avait rapporté que le gouvernement de la Libye a adressé une note verbale à l’Etat du Niger pour lui intimer l’ordre de ne plus accorder des permis de recherche pétrolière dans les plateaux du Manguéni (nord), près de la frontière libyenne.
Fin août, le chef de l’Etat libyen a porté plainte contre ce journal ainsi que deux autres pour "diffamation et diffusion de fausses nouvelles".

"Depuis son accession au pouvoir en 1969, le problème du plateau de Manguéni s’est régulièrement posé, et il n’y a pas question de négocier avec le MNJ, encore moins d’accepter la médiation libyenne", a indiqué à APA, Amadou Elhadj Mahamadou, un responsable du Mouvement citoyen, un collectif d’associations qui accusent la Libye de soutenir les rebelles du MNJ.

Selon lui, "la Libye a abrité des camps d’entraînement des hommes au maniement des armes. Ces derniers sont devenus le plus souvent des bandits qui sèment la terreur dans nos pays". "En réalité, le problème du MNJ est une diversion, le vrai problème, c’est AREVA et Kadhafi", a indiqué Elhadj Mahamadou.

Un responsable de l’association Alternative Espaces Citoyens, Moussa Tchangari, estime en revanche que "la résolution du problème du MNJ passe nécessairement par la voie du dialogue".
"Je suis surpris de constater que le gouvernement nigérien demande la médiation de Kadhafi alors même qu’il écarte toute idée de dialogue avec le MNJ" a ajouté Tchangari qui appelle "à l’implication de tous les acteurs politiques et sociaux dans la résolution du conflit au Nord".

Ceci permettra, selon lui, "de résoudre le problème de la rébellion mais aussi et surtout de préserver le cadre démocratique nigérien".

APA

25 septembre 2007.

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés