Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Bon a savoir
Méningite : Un nouveau vaccin en application

Le ministre de la santé, Oumar Ibrahim Touré, a procédé au lancement d’une campagne de vaccination contre la méningite, le 13 septembre 2010, à Fana dans le cercle de Dioïla. Il s’agit d’un nouveau vaccin (MenAfriVac) dont la durée de protection est estimée à dix ans, contrairement aux vaccins classiques dont la durée d’immunisation n’excédait pas trois années.

La production de ce vaccin est l’œuvre de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à travers le programme pour la technologie appropriée en santé (Path). Le projet de production a été financé par la fondation Bill et Milinda Gates. Le vaccin ainsi produit est jugé plus sûr et plus efficace contre la méningite A. Ladite campagne de vaccination débute avec les districts sanitaires de Fana et Dioïla « fréquemment touchés par les épidémies de méningite chaque année », selon la représentante de l’OMS, Mme Fatoumata Bintou Diallo. Dans ces districts sanitaires, elle va concerner 366 403 personnes de 1 à 29 ans. Il s’agit donc d’une campagne test de ce vaccin.

Elle s’étendra sur le reste du pays en décembre prochain et au cours de l’année 2011. Elle coûtera la somme de 7 564 785 460 F Cfa. Cet effort financier est soutenu par des partenaires techniques et financiers comme l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Unicef, l’Alliance Gavi et l’ONG Path/MVP. En plus de sa capacité de protéger pendant 10 années, on assure que ce vaccin a une réponse immunitaire plus élevé et plus persistante, la possibilité de protéger les enfants de moins de 2 ans.

Les informations émanent des autorités sanitaire relèvent que le Mali a enregistré de 1997 à nos jours, 24 539 cas de méningite qui ont occasionné 2 203 décès. Le Mali et 24 autres pays de l’Afrique subsaharienne se trouvent dans une zone définie comme « la ceinture de la méningite » où la maladie sévit régulièrement sous forme d’épidémie récurrente dramatique et de recrudescence saisonnière. La zone s’étend du Sénégal à l’Ethiopie où environ 450 millions de personnes sont exposés à la maladie. La dernière grande épidémie de la maladie survenue au Mali date de 1997. Elle avait atteint 11 228 personnes dont 1 126 décès.

Le ministre de la santé a rappelé que notre pays a régulièrement enregistré, de 1997 à nos jours, des épidémies de méningite, avec un taux de létalité dépassant souvent les 10 %. Selon lui, le Mali dépense plus de deux milliards de F Cfa pour le pré positionnement du vaccin méningococcique A+C, des produits de prise en charge et les activités diagnostics afin de contenir la maladie. Un fait aussi redoutable de la maladie est que même avec les meilleurs soins, au moins 10 % des patients meurent et presque 20 % de personnes atteintes gardent de graves séquelles de la maladie.

Seydou Coulibaly

Le Républicain du 14 Septembre 2010.

............................

Lutte contre la méningite : « MENAFRICVAC », la nouvelle arme

Cet antigène immunise pendant 10 ans et cible les enfants et les jeunes de la tranche d’âge de 1 à 29 ans.

Le ministre de la Santé, Oumar Ibrahima Touré a donné hier à Fana le coup d’envoi de la campagne de vaccination contre la méningite avec le nouveau vaccin conjugué A. La cérémonie s’est déroulée en présence des représentants résidents de l’Unicef, Marcel Rudasingwa, de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Dr Diallo Fatoumata Binta Tidiane, le gouverneur de Koulikoro, Soungalo Bouaré. Étaient aussi présents le député Adama Traoré, le maire de la commune rurale de Fana, Soumaïla Diaby et des invités. Véritable problème de santé publique, la méningite préoccupe toujours les pays africains. Ceux-ci, à travers leurs institutions de recherche, ont mis au point un nouveau vaccin conjugué A ou "MenAfricVac". Cet antigène immunise pendant 10 ans et cible les enfants et les jeunes de la tranche d’âge de 1 à 29 ans. La campagne entamée hier concerne les localités de Fana et Dioïla Il faut rappeler que dans la riposte contre la méningite, les pays africains avaient recours à un vaccin d’une durée de protection de 3 ans seulement. Aujourd’hui, la collaboration des institutions de recherche sur le vaccin en Afrique avec des homologues d’Inde et des États Unis, a permis de développer ce nouveau vaccin conjugué A contre la méningite. La méningite est une maladie redoutable qui reste endémique dans bien des pays. Les épidémies liées à cette pathologie sont difficiles à contenir sur notre continent où elles engendrent un nombre très élevé de décès. Le Mali le sait pour avoir enregistré régulièrement des flambées de méningite. Selon les statistiques nationales, l’épidémie de 1997 a provoqué 1 126 décès sur 11 228 cas enregistrés dans les différents districts sanitaires. Ces chiffres confirment que les épidémies de méningite causent un taux de morbidité et de létalité (taux de mortalité) préoccupant. Pour les circonscrire en amont, les pouvoirs publics ont initié des stratégies de prévention. Il s’agit de la surveillance épidémiologique, des campagnes de vaccination mais aussi du prépositionnement de kits de prise en charge dans les centres de santé en cas de crise.

PLUS DE 2 MILLARDS FCFA PAR AN.

La lutte contre la méningite dans notre pays nécessite de gros efforts et requiert la participation de tous. Des ressources importantes sont ainsi consacrées à la croisade contre le phénomène. A ce propos, le ministre de la Santé, a précisé que chaque année, le Mali dépense plus de deux milliards Fcfa pour le pré positionnement du vaccin méningococcique A+C, les produits de prise en charge et les activités de diagnostic, afin de contenir ces épidémies. Il y a urgence pour les pays africains de s’engager dans le combat contre la méningite.

Ceux qui sont situés sur la ceinture méningitique ont perçu la nécessité d’aller dans ce sens et d’accomplir des efforts de prévention notamment par la vaccination des enfants. Oumar Ibrahima Touré a salué le partenariat entre l’OMS, le Programme pour la technologie appropriée en santé (PATH) qui a mis en place le projet des vaccins contre la méningite (MVP) et les institutions de recherche. Ainsi, le nouveau vaccin conjugué contre la méningite à méningocoque A, a été testé en Inde et en Afrique avec la collaboration de chercheurs de Gambie, du Sénégal, du Ghana et du Mali.

Le Pr Samba Ousmane Sow et son équipe du Centre pour le développement des vaccins (CVD-Mali) ont été des acteurs essentiels dans les essais cliniques de ce nouveau vaccin. Le ministre de la Santé leur a rendu un hommage appuyé. Dans la lutte contre les épidémies en général et celles de la méningite en particulier, les partenaires techniques et financiers (PTF) accompagnent les efforts de notre pays. Le représentant résident de l’Unicef, porte parole des PTF, a témoigné de sa reconnaissance à Dioïla et Fana. Les habitants de ces localités ont accepté poser un acte de foi qu’il faut sincèrement saluer à la mesure de leur grandeur et ouverture d’esprit, a relevé Marcel Rudasingwa. Les scientifiques estiment que le « MenAfricVac » donne une plus grande réponse immunitaire et présente plusieurs avantages. Le Dr Diallo Fatoumata Binta Tidiane en a énuméré quelques uns.

Il y a en plus de la réponse immunitaire plus élevée et plus persistante dans le temps, la possibilité de protection à long terme chez les personnes vaccinées, mais aussi une importante immunité de groupe, grâce à la diminution de la transmission de la bactérie. La représentante de l’OMS a également cité la possibilité de protection des enfants de moins de 2 ans habituellement plus vulnérables et l’accessibilité.

Le coût du vaccin est, en effet, plus abordable avec moins d’un demi dollar la dose, a-t-elle fait remarquer. Mais, préviennent les spécialistes, ce nouveau vaccin conjugué ne doit pas être administré à des enfants de moins d’un an et aux personnes âgées de plus de 29 ans, encore moins aux malades grabataires. Rappelons que la campagne de vaccination contre la méningite avec le vaccin conjugué A concerne pour cette première phase Fana et Dioïla. Elle s’étendra dans une deuxième phase à d’autres districts sanitaires du pays en décembre prochain et dans une troisième phase au reste du territoire national en 2011.

Bréhima Doumbia

Essor du 14 Septembre 2010.

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés