Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Un peu d’histoire, d’art et de culture
Célébration de Kaïraoun, capitale de la culture islamique pour 2009

Une année pour mettre en exergue la civilisation de la ville sainte de Tunisie et celle du monde islamique

Dans le cadre du programme de l’Organisation Islamique pour l’Education, les Sciences et la Culture (ISESCO)destiné à faire connaitre la contribution culturelle et civilisationnelle de cités ayant joué un rôle essentiel dans la propagation de l’islam et ses valeurs, Kairouan, une cité comblée d’honneurs de Tunisie a été retenue lors de la Conférence des ministres de la Culture des pays membres de l’ISESCO en 2004 à Alger comme capitale de la culture islamique pour l’année 2009. Les festivités de cette célébration ont été lancées, le dimanche 8 mars par le Premier ministre tunisien, Mohamed Ghannouchi.

C’était dans la grande mosquée de Kairouan en présence d’éminentes personnalités venues de tous les horizons dont le ministre de la Culture du Mali, Mohamed El Moctar. Ces manifestations qui se poursuivront jusqu’à la fin de l’année permettront de mettre en exergue la civilisation de Kairouan et celle du monde islamique.

ituée à une centaine de kilomètres de la capitale tunisienne, la ville de Kairouan fut fondée en l’an 50 de l’Hégire soit l’an 670 du calendrier grégorien par Oqba Ibn Nafaa, accompagné en Ifriqya de vingt cinq valeureux compagnons du Prophète Muhammad "Sahabas" et d’une pléiade de vertueux Muhajirun (musulmans ayant émigré de la Mecque à Médine pour rejoindre le Prophète).

Cette ville devint, de par la présence d’une vielle élite prestigieuse, une cité comblée d’honneurs. Kairouan a été le lieu où se sont installés également les compagnons du Prophète Muhammad (Que le Salut et la Bénédiction de Dieu soient sur Lui).


La terre de la ville de Kairouan abrite le tombeau d’Abou Zamaa al - Balawi, compagnon du Prophète. Il fut l’un des premiers à lui avoir juré fidélité.

Kairouan est aussi la plus ancienne métropole de l’islam et des musulmans dans les pays du Maghreb et la quatrième ville sainte de l’islam après la Mecque, Médine et Al Quds. C’est également le point de départ de l’expansion de l’islam en direction du Maghreb, de l’Andalousie, de la Sicile et de l’Afrique sub-saharienne.

Depuis l’Indépendance de la Tunisie en 1956, cette ville est redevenue la cité islamique de référence au monde. C’est lors de la Conférence des ministres de la Culture des pays membres de l’Organisation Islamique pour l’Education, les Sciences et la Culture (ISESCO) à Alger en 2004 que le choix s’est porté sur cette ville come capitale de la culture islamique pour l’année 2009.

Ce qui s’inscrit en droite ligne dans le programme de l’ISESCO destiné à faire connaitre la contribution culturelle et civilisationnelle des cités ayant joué un rôle essentiel dans la propagation de la civilisation islamique et ses valeurs.

Les festivités de cette célébration ont été officiellement lancées, le dimanche 8 mars, par le Premier ministre tunisien, Mohamed Ghannouchi, représentant le Président de la République, Zine El Abidine Ben Ali, empêché à la dernière minute. Pour la circonstance, la grande mosquée de Kairouan, un monument comptant parmi les plus impressionnants du Maghreb, était remplie par les fidèles musulmans venus de tous les horizons du monde.

Parmi les personnalités présentes à cette cérémonie figuraient le ministre de la Culture, Mohamed El Moctar et l’Ambassadeur du Mali en Tunisie, Askia M’Barakou Touré.

Le premier responsable de la culture du Mali était très fier de participer à cet événement exceptionnel dans une ville comme Kairouan. Une centaine de journalistes de la presse internationale étaient là pour couvrir cette grandiose cérémonie.

Prononçant le message du Président de la République, le Premier ministre, Mohamed Ghannouchi a exprimé toute sa gratitude à l’ISESCO pour avoir choisi Kairouan comme capitale de la culture islamique pour l’année 2009. Selon lui, cette célébration est la preuve de l’attachement constant des autorités tunisiennes à consacrer la continuité entre le passé et le présent et à œuvrer pour assurer durablement la pérennité, la solidité, la vitalité et le renouveau constant de l’identité religieuse et culturelle de la Tunisie.

"Nous avons choisi de faire en sorte que les manifestations culturelles programmées pour Kairouan coïncident avec la nuit du Mouled (Maouloud) pour commémorer comme il convient l’anniversaire de la naissance du Messager de Dieu, le Prophète Muhammed et consacrer encore et toujours cette noble tradition que les Kairouanais ont coutume de célébrer avec faste depuis très longtemps" a précisé le Premier ministre.

Les festivités de Kairouan, capitale de la culture islamique se poursuivront jusqu’à la fin de l’année sous forme d’un programme varié comprenant des rencontres intellectuelles et artistiques ainsi que des festivals, des expositions, des défilés et des workshops.

Ces manifestations aussi bien tunisiennes qu’étrangères comprenant aussi des créations dont notamment celles mettant en exergue la civilisation de Kairouan et celle du monde islamique.

En tout cas, le choix de Kairouan comme capitale de la culture islamique pour 2009 est l’occasion de relire une belle page de l’histoire islamique à travers cette ville plusieurs fois centenaire et joyau de la Tunisie.

La grande mosquée de Kairouan

La grande mosquée est le symbole de Kairouan tant pour son prestige religieux que pour son importance historique et sa remarquable architecture. Cet édifice fut fondé en 670 par Oqba Ibn Nafaa avant d’être reconstruit sous sa forme actuelle en 836. Cette mosquée qui a servi de cadre au démarrage des festivités de Kairouan, capitale de la culture islamique 2009, reste aujourd’hui l’emblème de la ville et constitue le plus ancien et le plus prestigieux monument islamique de Tunisie et du Maghreb.

Dans sa forme définitive, la mosquée s’étend sur 125 mètres de long et 73 mètres de large. La salle de prière supporte deux coupoles dont l’une est disposée au-dessus du Mihrab ouvert dans le mur de la Qibla, partie la plus ancienne tandis que l’autre a été construite lors de l’extension de la mosquée.

La salle de prière se compose de 17 nefs dans le sens de la largeur, sept niches et un transept. La nef centrale mène au mihrab, niche de forme semi-cylindrique.

ISESCO : le 10ème Congrès prévu en juillet à Tunis

Le 10è congrès de l’Organisation Islamique pour l’Education, les Sciences et la Culture (ISESCO) se tiendra, du 2 au 4 juillet prochain dans la capitale tunisienne. L’accord relatif à l’organisation de ce congrès a été signé, le samedi 7 mars, entre le ministre tunisien de l’Education et de la Formation, Haten Ben Salen et le Directeur de l’ISESCO Abdelaziz Ben Othamane Touijri.

Rappelons que l’ISESCO est une institution internationale opérant dans le cadre de l’Organisation de la Conférence islamique et groupant 57 pays membres. Elle est spécialisée dans les domaines de l’éducation, des sciences de la culture et de la communication. Elle s’est fixée comme mission de renforcer, approfondir et encourager la coopération entre les Etats membres dans les domaines de l’éducation, des sciences et de la culture.

Faire de la culture islamique le pivot des programmes d’études à tous les niveaux et dans tous les cycles de l’enseignement, consolider la culture islamique, protéger l’indépendance de la pensée islamique contre les facteurs d’invasion et d’aliénation culturelle et sauvegarder les caractéristiques et spécificités de la civilisation islamique, sont également les missions de l’ISESCO.

Alou B HAIDARA

Envoyé spécial

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés