Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  L’Indépendant
Diabali, après l’attaque du Commandant félon Haroune Ag Saïd

Qui est derrière l’attaque du camp militaire de Diabali survenue dans la nuit du lundi 5 au mardi 6 mai ? Cette question court sur toutes les lèvres dans cette commune située à environ 63 km de Niono, au plein coeur du Kala profond.

La base de la compagnie militaire de Diabali, au coeur du Kala profond, dans le Cercle de Niono, région de Ségou, a fait l’objet d’une attaque dans la nuit du 5 au 6 mai, entre 3 h 30 et 4 h 00 du maitn, de la part d’individus communément appelés « bandits armés ».

Les dégâts non évalués semblent importants. Le soldat de première classe, Abdoulaye Ag Oulamine, qui fut le seul à tenir tête aux assaillants avec des tirs de sommation, a été tué par les agresseurs.

A ce jour, le seul bilan disponible de façon officielle est ce cas de décès, côté armée régulière. En ce qui concerne d’éventuelles pertes en vies humaines dans le camp des assaillants, aucun chiffre n’a été avancé.

Le commandant de la compagnie militaire de Diabali, le capitaine Mohamed Ousmane Ag Mohamedou, n’a pas souhaité faire de commentaire sur cette agression. Il s’est contenté de dire que ses hommes ont été surpris par celle-ci, sinon les choses se seraient passées autrement.

S’agissant du principal acteur de cette agression, le commandant déserteur Aroune Ag Saïd, des sources militaires indiquent qu’il connaît très bien la zone, pour avoir servi en tant que sous-lieutenant à Léré, pendant près de sept ans.

Dans les commentaires des uns et des autres sur place, il ressort que dans un passé récent, Aroune Ag Saïd avait sa base à Hassibiad, une bourgade située à environ 40 km du Tilemsi, dans le nord-est.

Quant à l’attaque de l’aube du 6 mai, les militaires sur place à Diabali ignorent d’où il a quitté avec ses hommes, pour atteindre le camp militaire. A les croire, Aroune Ag Saïd et Mourzouk, qui n’était qu’un guide douanier dans la région de Kidal avant de se transformer se seraient rencontrés à Léré.

L’amitié entre les deux hommes remonte à plusieurs mois. Les mêmes sources annoncent que Aroune Ag Saïd et Mourzouk faisaient partie de l’attaque du 23 mai 2006 contre les garnisons de Kidal et de Ménaka. Ils se seraient séparés de Bahanga pour, disent-ils, réclamer leur part à l’Etat du Mali.

Les hommes de l’armée régulière sur place à Diabali affirment que la compagnie ne dispose pas réellement de moyens matériels adéquats pour faire face à une agression de ce type. Ils déplorent le fait que les camps, les compagnies, en un mot les unités militaires sont créées sans qu’il y ait de réels moyens logistiques.

Quant au nombre des assaillants, ils sont évalués à près d’une cinquantaine. L’attaque a été menée à bord de quatre véhicules blindés, munis de canons et de fusils mitrailleurs, le quatrième véhicule servant de couverture aux autres, nous dira un soldat, très en colère, du fait de l’insuffisance des moyens logistiques qui n’a pas permis la riposte appropriée.

Le soldat de première classe Abdoulaye Ag Oulamine, qui a perdu la vie au cours de cette attaque, est la seule victime officiellement reconnue. Les assaillants, après l’attaque, ont emporté avec eux des armes et des munitions, nous a confié un lieutenant. Il a ajouté que cette attauqe a été réellement une grande surprise pour eux.

Personne, avant cette agression, ne pouvait imaginer que des assaillants oseraient lancer une attaque contre une compagnie au centre même du Mali, a-t-il rélevé.

Informé de la situation qui prévalait à Diabali, le Préfet de Niono, Alassane Diallo, n’a pas mis du temps à transmettre le message au Gouverneur de la quatrième région, Abou Sow. Celui-ci, comme il en a l’habitude, a conduit d’urgence une mission sur Diabali, comprenant notamment les chefs militaires et paramilitaires de la quatrième région.

A leur arrivée à Diabali, le Gouverneur Abou Sow et sa délégation, au cours des échanges, ont remonté le moral des populations locales, tout en les rassurant du soutien total et sans faillite des autorités de la République. Il a dit aux habitants, très inquiets, que l’Etat malien n’abandonnera jamais ses fils aux mains d’un ennemi.

Sur un tout autre plan, pour faire face à toute éventualité, le Commandant de la région militaire de Ségou, en apprenant la nouvelle, a envoyé sur le champ du renfort à Diabali, dans les heures qui ont suivi l’attaque.

L’arrivée de ce renfort, dira un élément « A S », a permis de rassurer les populations locales meurtries de peur.

Le même vendredi, les populations de Sokolo, localité située également au coeur du Kala profond, se sont réveillées dans la peur, suite à une fausse alerte relative au passage de certains véhicules 4x4.

Le Sous-Préfet de Sokolo, Inolène, nous dira qu’il y a plus de peur que de mal. Mais il souhaite que les autorités de la République du Mali prennent de nécessaires dispostions pour éviter toute surprise de la part d’éventuels assaillants.

Zhao Ahmed BAMBA

Envoyé spécial

12 Mars 2008

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés