Le Mali
Institutions
Coopération
Education
Art & Culture
Tourisme
Presse
Urbanisme
Horoscope
Météo
Formation
Editorial
Liens



 
  Le Républicain
Match Mali-Côte-d’Ivoire : Déception, amertume et angoisse

Il ne fallait pas être au stade d’Accra pour être témoin oculaire et auditif des réactions des uns et des autre. Même la majorité des Ivoiriens présents plaidaient pour la qualification des Aigles. Peut-être, seul Jodar et son staff technique ne voyaient pas l’enjeu et les conséquences qui les attendaient.

A la fin du match, nous avons recueilli certaines impressions. Celles-ci relèvent de la déception, de l’angoisse et de l’amertume. Ces sentiments, nous les avons sentis en Djilla, le capitaine des Aigles (qui n’a pas joué, ayant écopé de deux cartons jaunes). Celui s’est refusé à tout commentaire. Mais, les autres se sont prêtés a nos questions.

Momo Sissoko

A vrai dire, nous sommes passés à côté de notre ambition : celle de franchir le cap de ce premier tour. Nous avons eu quelques difficultés dans presque tous les compartiments de jeu, eu égard à l’absence de certains de nos coéquipiers, tel que Djilla. Nous sommes très déçus, mais c’est le football. Nous allons travaillé pour corriger à l’avenir ces insuffisances.


Sammy Traoré

Ce n’était pas un match facile. Nous n’avions pas notre effectif au complet. Nous avons opté pour un système de jeu, mais il faut reconnaître que l’équipe ivoirienne n’est pas une petite équipe. C’est vrai, nous sommes très déçus et ce serait difficile de nous remettre si tôt de cette défaite. Mais, il faut l’accepter. C’est la loi du football. Nous souhaitons bonne chance aux Eléphants pour la suite de la compétition.

Seydou Keita

Nous avons le moral au talon. Nous n’avons pas pu nous battre pour notre patrie, le grand Mali. Nous n’avons pas suffisamment mouillé les maillots pour ce beau pays. Nous sommes désolés pour le peuple malien. Mais, nous espérons que le temps nous permettra de nous rattraper et de consoler nos frères et soeurs du Mali.

Jacques Anouma, Président de la Fédération Ivoirienne de Football

Nous avons toujours vu une très bonne équipe malienne. Mais, aujourd’hui, certainement, il faut dire que quelque chose n’a pas marché. C’est une équipe que nous respectons. Mais, il faut souligner que notre victoire et notre bon parcours sont le fruit de notre bonne préparation.


Propos recueillis par Bruno Loma

- Faut-il tenir les états généraux du football malien ?

Certains observateurs sont unanimes qu’il y a quelque chose qui cloche au sein du football malien. Mais, quelle est cette chose ?

Notre déroute en cette CAN 2008 traduit ce malaise sans cesse croissant. Que ce soit en Espoirs, en Juniors ou comme c’est le cas actuellement avec les Seniors, nous ne réussissons pas à sortir la tête de l’eau. Et pourtant, ce n’est pas le potentiel qui nous manque, encore moins le soutien du peuple malien. Dans ce cafouillage footballistique, nos dirigeants ont certainement leur part de responsabilité, surtout dans le recrutement des entraîneurs. Par exemple, Jodar sur qui le peuple comptait n’est pas depuis un certain temps en odeur de sainteté avec les joueurs qu’il encadre, notamment avec le capitaine Djilla. Que se passe-t-il ?

L’avenir nous le dira. Le bureau fédéral n’est pas aussi exempt de reproches dans cette descente aux enfers de notre football. Peut-être, elle ne joue pas conséquemment le rôle qui lui est assigné ! Quant au coach lui-même, a-t-il voulu écouter les conseils des uns et des autres ? Nous ne saurons le dire.

Seulement, nous estimons qu’il faut travailler pour une véritable refondation du football dans notre pays. Dans cette perspective, il serait intéressant de tenir des états généraux pour diagnostiquer les maux qui minent et gangrènent notre sport roi sur le plan continental.

Certainement, le gouvernement, par le biais de son département de tutelle qu’est celui de la jeunesse et des sports, y pense. Espérons que cela viendra à temps pour que nous puissions voir le bout du tunnel !

Bruno Loma
Envoyé spécial à la CAN Ghana 2008

31 Jnavier 2008.

 

Dans la même rubrique :


© 1999-2018 - Afribone Mali SA - Tous droits réservés