Partager


Le conseil de quartier, qui regroupe les notabilités, a entrepris des démarches auprès de la mairie de la commune I pour s’imprégner de la situation dramatique que vit la famille Sangaré. La concession de la famille Kouma existe aujourd’hui à cause de la magnanimité de ses voisins immédiats qui sont la famille Touré, Cissé et Sangaré. Celles-ci n’ont jamais voulu boucher le corridor qui permet aux Kouma d’accéder à la route.

Cependant, la concession était reliée à celle de leur cousin et voisin Ibrahim Kouma par une petite porte. Pourquoi a-t-elle disparue. En plus de cela, grâce à l’esprit de tolérance, de convivialité entre les défunts chefs des deux ménages Kouma et Sangaré, les Kouma ont bénéficié de l’agrandissement de leur concession grâce au vieux Sangaré.

Aujourd’hui, les héritiers de feu Gaoussou Kouma, à travers Moussa Baba, à qui ils ont donné mandat, sont en train de détruire le pacte d’honneur sacré conclu entre deux érudits en sciences islamiques et qui demeurent encore des références pour leurs communautés, malgré leur disparition.

Cette situation révoltante est entrain de faire monter la pression au niveau des différentes couches sociales de Banconi-Zéguénékorbougou.

De la mosquée, en passant par les différents regroupements de jeunes, les salons, tout le monde s’indigne de la volonté annexionniste du tristement célèbre Baba Kouma.

Pour beaucoup de proches de la famille Kouma, le comportement est très paradoxal.
La jeunesse du quartier, appuyée par la notabilité tente de soutenir la famille Sangaré.

C’est le lieu d’interpeller les autorités communales pour un dénouement heureux de la crise.

Brin COULIBALY

12 novembre 2007.