Partager


L’Association des amis de Soumeylou Boubèye Maïga a tenu samedi dernier un meeting d’information sur la situation politique et sociale. Au terme de ce grand rassemblement, les délégations de l’Asma ont demandé à SBM d’être candidat à la présidentielle de 2007. « Je suis prêt, disposé et disponible », a répondu SBM tout en lançant un appel à un travail sérieux et approfondi pour assurer la victoire de Convergence 2007.

Pour un coup d’essai, ce fut un coup de maître. Voilà comment plusieurs observateurs et responsables politiques ont qualifié le meeting de l’Association des amis de Soumeylou Boubèye Maïga (Asma). Sur le plan de la mobilisation, il faut à l’honnêteté de reconnaître que rarement un parti politique, une association, exceptée l’Adéma dans ses années de gloire (1992-1998), a réussi à mobiliser autant de militants et sympathisants.

Les trois salles du CICB de Bamako (respectivement de 1000, 200 et 150 places) ont refusé de monde. Des écrans géants ont été installés dans les salles Fanta Demba et Fodé Kouyaté pour permettre à ceux qui y étaient installés de ne rater aucun des moments du meeting. Il faut dire que les partisans de SBM sont venus des 8 régions administratives, des délégations de Maliens d’une dizaine de pays étaient également présentes.

« Notre espoir : SBM », « Convergence 2007, agissons ensemble pour construire le Mali de demain », pouvait-on lire sur des banderoles déployées. Et c’est sous les vivats d’un public acquis au changement dans la gestion des affaires publiques et décidé à tout mettre en œuvre pour le réussir que Soumeylou Boubèye Maïga, vêtu d’un ensemble grand boubou blanc immaculé, très décontracté et souriant, fit son entrée dans la salle suivi de son staff.

Le meeting de l’Asma avait pour objectif principal d’informer l’opinion publique sur la situation politique et sociale que traverse notre pays, mais aussi de faire connaître celui qui sera, probablement, en plus d’IBK, un véritable adversaire d’ATT à la présidentielle de 2007.

Soumeylou Boubèye Maïga, SBM pour ses fans, n’est pas un inconnu dans l’arène politique. Premier vice-président de l’Adéma/PASJ, ancien DG de la Sécurité d’Etat, ex-ministre des Forces armées et des Anciens combattants, homme de conviction, il a affronté le général Moussa Traoré sur la situation socioéconomique et politique du Mali au moment où beaucoup de « démocrates » d’aujourd’hui lui ciraient les bottes.

Au plan scolaire, SBM est aussi connu du mouvement estudiantin. Dans des témoignages, au cours du meeting, l’ex-dirigeant du mouvement estudiantin, Tienan Coulibaly dira qu’à l’AEEM, ils l’avait surnommé « le Diable », en ce sens que SBM avait toujours réussi à déjouer leurs plans et plus surprenant, qu’il était toujours disposé au dialogue avec les étudiants. Selon lui, SBM homme politique est une référence pour les jeunes parce qu’il a été toujours constant dans ses idées et convictions.

« Il représente aujourd’hui un espoir pour notre pays et la jeunesse ». D’autres témoins se sont succédés aux micros et ont surtout exposé les œuvres humanitaires ou autres actions entreprises par SBM pour soulager les populations dans le domaine de l’éducation avec la création d’une école à Niamakoro pour enfants déshérités. Dans cette école, les cours sont gratuits. SBM s’est aussi investi dans l’organisation de cours de rattrapage pour les enfants dans d’autres quartiers de la capitale, dans l’approvisionnement des populations de Samé en eau potable.


Personnalisation, trahison, démission…

Politiquement, le meeting aura tenue toutes ses promesses surtout par l’intervention du futur candidat à la présidentielle de 2007. Chacune des délégations, après avoir fait le constat de la démission des partis politiques de leur mission fondamentale, de l’avenir sombre de notre démocratie et d’une situation économique et sociale qui va de mal en pis malgré qu’on annonce chaque fois de dons de plusieurs milliards de F CFA, a demandé à SBM de se porter candidat à la présidentielle de 2007.

Pour ce qui est de SBM dont le discours était très attendu, la « montagne n’a pas accouché d’une souris mais d’un éléphant avec qui il faudrait désormais composer », confie un responsable politique à la fin du rassemblement.

Sans détour, SBM a marqué sa désapprobation face à l’unanimisme ambiant. Mais ce qui est encore insupportable et dénoncé par SBM ce sont : le rabaissement du débat politique, l’absence de foi, de conviction, la personnalisation du pouvoir, la démission ou la trahison, le manque de confiance, bref l’unanimisme ambiant autour d’une personne et qui tue à petit feu la démocratie et le progrès qui cèdent la place à la stérilité, à l’absence d’idées et au fatalisme.

SBM, dans un style direct, franc et rassembleur a lancé un appel à tous les Maliens et Maliennes à ne pas céder au fatalisme et surtout à ne pas croire que les jeux sont déjà faits d’avance comme l’on entend dire.
Et sur ce plan, il a assuré ses nombreux militants et sympathisants en répondant « prêt, disposé et disponible » pour cette « aventure » en 2007. D’ici là, SBM a annoncé la poursuite du travail notamment dans des ateliers thématiques en février 2007 sur le minimum social, l’aménagement du territoire, la situation des femmes, l’emploi des jeunes…

Selon SBM, Convergence 2007 a été créée pour sauvegarder les acquis démocratiques, la stabilité, la liberté et la justice.

Denis Koné

27 novembre 2007.