Partager

Le ministre de la Défense et des Anciens combattants s’est rendu le mardi 17 septembre 2013 dans certaines garnisons du Nord du pays. Il s’agit plus précisément de Gao, Tombouctou et Sevaré. Il était accompagné du chef d’état-major général des armes, du général Lassine Koné de la Primature, des chefs d’état-major et directeurs de services. « Il est hors de question d’abandonner nos troupes à Kidal » a-t-il promis.

Cette sortie, une semaine seulement après sa prise de fonction, traduit sa détermination à s’imprégner des questions militaires en vue d’apporter des solutions appropriées. Soumeylou Boubeye Maiga s’est félicité du bon moral des troupes, de leur détermination à poursuivre leur mission. C’est pour tout cela que le ministre est allé les encourager dans leur mission d’accompagnement et de facilitation du retour de l’administration. Une mission plus complexe que celle de la reconquête dans un environnement régional, international et de dialogue. Il s’agissait donc pour lui d’encourager les officiers, sous-officiers et militaires du rang, surtout de les inviter à mettre en valeur leurs engagements patriotiques.

Décoration de certains personnels

Le ministre a décore certains personnels des Forces armées et de sécurité de la médaille commémorative de campagne. Les 38 récipiendaires se répartissent entre les divers corps et services. Il a dit toute sa fierté aux FAS. « Grâce à elles, nous sommes ici, l’on ne peut alors que les en féliciter. Cette situation leur permet de vivre leur honneur de soldat La force et l’honneur doivent être notre bénéfice. Nous ferons tout notre possible pour vous permettre d’accomplir votre devoir. Ce qui a été fait est énorme ». a-t- il dit avant de promettre de faire de son possible pour améliorer les conditions de vie et de travail des troupes. « Tous les Maliens sont fiers de vous pour avoir réhabilite l’honneur de la nation. Mais le travail n’est pas encore fini. Il nous faut à présent renforcer les capacités partout. Même s’ils sont battus, les ennemis sont toujours là C’est pourquoi, la vigilance est encore et toujours requise
Les opérations se mènent avec la ferme volonté et détermination », a expliqué la délégation ministérielle partout où elle est passée.

Sur le terrain, l’on observe un calme relatif même si quelques actes de banditisme sont enregistrés çà et là, et c’est donc pourquoi, les opérations de contrôle de zone continuent.

Adhésion des populations

Ces responsables militaires sur le terrain se sont félicités de l’adhésion des populations, toutes choses indispensables à l’état actuel pour le succès des opération. Le ministre a dit être conscient des problèmes. « Notre principal mérite tient au fait d’avoir pu reconstruire une troupe. Les groupes terroristes ont été défaits ou désorganisés, sinon tous les autres problèmes sont encore sur la table. La question d’acquisition d’engins militaires a été évoquée. Il y a aussi que la Minusma est sous chapitre 7 mais l’on ne peut pour autant compter dessus
En somme, il faut travailler à l’effectivité de notre souveraineté nationale. Pour cela, il n’y a pas d’autres choix que de renforcer notre présence dans toutes les localités du pays. Il est hors de question d’abandonner nos troupes à Kidal. Mais la sagesse recommande de regarder de près les difficultés par rapport à notre environnement », a prêché le ministre Maïga

Faire en sorte que la souveraineté soit effective sur toute l’étendue du territoire national ; maintenir les engagements ; se réarmer moralement car, la situation demeure complexe ; construire nos propres capacités d’engagement, sont là les souhaits de Soumeylou Boubèye Maïga. Le ministre a invité la Minusma à soutenir et appuyer par son volet civil le processus de stabilisation de notre pays notamment dans sa partie nord. Monsieur Francisco Osler, chef bureau Minusma de Gao a fortement approuvé cela. Le ministre a encouragé la Minusma et lui a renouvelé la confiance de la Nation de voir garantir la souveraineté de notre pays. Il a souhaité le renforcement de notre rapport avec la Minusma sur la base de besoins à identifier et à soumettre.

Abdoulaye Diakité avec la Cellule communication MDAC

L’Indicateur du Renouveau du 27 Septembre 2013