Partager

Clash au Gouvernement: Soumeylou Boubèye Maïga claque la porte : Les vraies raisons d’une démission précipitée

Le ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Soumeylou Boubèye MAIGA a rendu hier soir sa démission, apprend-on de sources sûres au moment même où nous bouclions cette édition. Peu après, l’annonce a été faite sur les antennes de l’ORTM au cours d’un Flash spécial.

Cette démission intervient après les évènements tragiques survenus à Kidal dont le bilan réelle reste inconnu. S’il est vrai que certains citoyens lambda ont réclamé à cor et à cri le départ du ministre de la Défense et des Anciens Combattants, force est de reconnaître qu’un Malien ne démissionne pas aussi facilement de son poste de responsabilité, même celui de simple Chef de Service.

On apprend aussi qu’hier dans la matinée, le ministre Soumeylou Boubèye Maïga a été entendu par la Commission Défense de l’Assemblée Nationale, avant qu’il ne rencontre le Président IBK dans l’après midi. Qu’est-ce que le Président et son ministre se sont dit ? Que s’est-il passé pour que le ministre Boubèye jette l’éponge aussi précipitamment.

En tout cas, jusqu’à la décente hier mardi, ses proches collaborateurs ne se doutaient presque de rien.

Y’aurait-il une «fissure » entre le Premier Ministre et son Ministre de la Défense ? Ou alors le ministre Boubèye a-t-il été sermonné par la Commission Défense et Sécurité de l’Assemblée Nationale, Présidé par l’honorable Karim Kéïta.

Ce qui est sûr, le courant passe très bien entre le ministre de la Défense et le Président de la République, IBK.

Mais le hic, c’est que le ministre de l’Economie Numérique, de la Communication et de l’Information, le jeune Mahamadou Camara, se serait lancé dans une campagne visant à déstabiliser le ministre de la Défense suite aux récents carnages de Kidal. Le ministre de la Communication serait monté dans cette campagne par le Premier Ministre Moussa Mara, apprend-on de sources proches du ministre démissionnaire. Vrai ou faux ?

Nous y reviendrons

La rédaction

SOURCE: Le Progrès du 28 mai 2014.