Partager

‘’Animal politique’’ hors-pair, Soumeylou Boubèye Maïga est un homme, à la fois, craint et adulé sur l’échiquier politique malien. Le lancement de son parti Asma-Cfp a apporté de l’eau au moulin de ceux qui pensent que SBM est un homme de conviction et non de compromission.

Soumeylou Boubèye Maïga, présenté par certains (à juste titre d’ailleurs) comme étant l’âme de l’Adema-Pasj pour l’avoir ‘’mis au monde et l’entretenir’’, a quitté ce parti pour lancer l’Asma-Cfp, une nouvelle formation politique. Qui l’aurait cru ? Comme les faits et gestes de l’homme sèment la panique chez certains, il s’est gardé au cours du lancement de remuer le couteau dans la plaie, outre mesure.

C’est un homme qui se veut neuf avec un passif politique énorme et acteur incontestable de l’avènement de la démocratie qui lance l’Asma-Cfp. Son parcours est des plus éloquents et fait des jaloux sur l’échiquier politique. L’homme ne se glorifie guère de cela et parle rarement de son palmarès, du moins en public. Certainement par modestie.

Si le lancement de son parti est interprété par certains comme une renaissance politique, il n’en demeure pas moins que Soumeylou Boubèye Maïga a fait une démonstration de force à la faveur de ce lancement, avec de vrais militants et non la foule comme on a l’habitude de le voir.

Même si certains pensent que l’Asma est née avec ses 32 dents, puisque elle fut une association de soutien à Soumeylou Boubèye Maïga, 10 ans durant, avant de se muer en parti politique compte tenu des contingences politiques qui caractérise le parcours de son président, force est de reconnaitre que le jeu en vaut la chandelle.

Homme de conviction, SBM n’hésite pas à afficher clairement et courageusement sa position sur une question concernant la vie du Pasj, sa formation politique d’alors. Ce qui lui a valu des inimitiés au sein de l’ancien parti au pouvoir. N’a-t-il pas refusé de suivre la décision unilatérale et anti statutaire de l’Adema- de soutenir un candidat indépendant non membre du parti-. Parce que pour lui, un grand parti comme l’Adema doit présenter son propre candidat. Mais l’histoire va lui donner raison, car au bout de cinq ans, le choix de son parti a démobilisé les militants et l’Adema est plus que jamais à la croisée des chemins.

Avec le choix de Dramane Dembélé come candidat de l’Adema à l’élection présidentielle de cette année, un tohu-bohu sans précédent s’est emparé de la ruche où les vrombissements risquent fort d’étourdir le candidat.

Au même moment, pour beaucoup d’observateurs avertis, SBM a son avenir politique devant lui, puisqu’il demeure un as politique.

Alhassane H.Maïga

Soumeylou Boubèye Maïga, président de l’Asma-Cfd : « Nous allons créer les conditions idoines pour rendre possible les changements nécessaires….. »

« Notre engagement repose sur 3 idées principales: premièrement, être dans l’action politique n’a de sens que si elle peut être utile aux populations. Deuxièmement, créer les conditions pour rendre possible ce qui est nécessaire (apporter des solutions aux préoccupations des citoyens). Troisièmement, que chaque citoyen soit porteur de solution, acteur du changement (la force du changement réside en chacun de nous).

Tels sont les propos rassembleurs tenus par Soumeylou Boubeye Maïga (SBM) à la faveur de la cérémonie de lancement des activités de sa nouvelle formation politique, dénommée ‘’Alliance pour la solidarité au Mali- Convergence des forces patriotiques (Asma-Cfp). L’ancien ministre des Affaires étrangères, s’engage à promouvoir une nation plurielle dans un Etat unitaire.

« Aux événements exceptionnels, des mesures exceptionnelles ». Cette maxime sied bien à la cérémonie de lancement des activités de l’Asma-Cfd. Les organisateurs ont tout mis en œuvre pour la réussite de la cérémonie, qui était grandiose, riche en couleurs avec une décoration extraordinaire (que l’artiste Baba Sala n’a pas manqué de souligner). Véritable représentation des maillages nationaux, l’Asma-Cfd a su agrémenter le meeting avec une pléiade d’artistes (Mylmo, Yoro Diakité, Haira Arby, Baba Sala Cissé…).

Pour son un test grandeur nature, la nouvelle formation Asma-Cfd a réussi une démonstration de force : la grande salle des 1 000 places, qui a servi de cadre au meeting, le dimanche 09 juin 2013, a refusé du monde avec les militants venus de tous les cercles du Mali, des six (6) communes de Bamako, des 8 régions, dont Kidal, (tous encouragés par l’assistance avec un tonnerre d’applaudissement). Ils étaient aussi là les délégués venus des Etats-Unis, de la France, du Ghana, ou encore du Niger…. Plusieurs invités de marque étaient également au rendez-vous pour exprimer leur soutien à Soumeylou Boubeye Maïga. Au nombre de ceux-ci, les représentants des partis et regroupements politiques (Udd, Urd, Adm, IBK 2012, Apr, Rpm, Adema, Mpr, Codem, Rpdm, Ufd….).

Pourquoi la création de l’Asma-Cfp ?

SBM a complètement tourné la page de l’Adema-Pasj, un parti dont il a contribué à la naissance et s’est battu pendant une vingtaine d’années pour son émergence. Hélas ! L’ingratitude est l’une des caractéristiques de la politique. Suivant son destin et sa conviction politique, SBM a décidé de porter sur les fonds baptismaux l’Asma-Cfd. Comme pour soutenir la thèse : ‘’dans le parcours de chaque homme, il y a des décisions qu’aucune nature nous impose, mais que notre conscience nous oblige à prendre’’.

« La création de l’Asma-Cfp ouvre une nouvelle page de la lutte historique pour la démocratie, la justice, et le progrès social et économique pour le plus grand nombre », a martelé d’entrée de jeu, le président SBM. Cette lutte, poursuit-il, que nous avons menée pour l’avènement d’un Mali uni, démocratique et prospère est une quête qui n’est pas encore achevée et elle nous impose de redoubler d’ardeur et de détermination afin d’offrir aux générations futures, la sécurité, la sérénité et les perspectives heureuses qu’elles sont en droit d’attendre.

A en croire le président de l’Asma-Cfd, la nouvelle formation politique qu’il dirige, s’inscrit également dans la continuité d’un engagement constant pour réconcilier et rassembler les Maliens autour de l’intérêt supérieur de la nation. Elle vise aussi, selon lui, à renforcer la confiance en la capacité collective de bâtir une société de justice, de solidarité et de progrès pour le plus grand nombre. Soumeylou Boubèye Maïga a déclaré que parti œuvrera pour renforcer la gouvernance fondée sur le respect de la volonté des citoyens et des principes républicains et démocratiques, sur l’émergence de vrais contre-pouvoirs dans l’Etat et la société civile. Cela pour renforcer l’autorité et l’impartialité de l’Etat, la morale et l’éthique dans le service public.

Il a aussi indiqué que le parti a été créé dans le but de promouvoir une nation plurielle dans un Etat unitaire et d’assurer un développement économique favorisant le progrès, l’emploi et la répartition harmonieuse des fruits de la croissance. Il a soutenu que son parti s’engage à lutter efficacement contre la pauvreté et permettre à tous les citoyens d’accéder à un minimum social, comprenant l’eau potable, une alimentation saine, l’accès à l’école et une santé de proximité. Il s’est également engagé à offrir à la jeunesse une éducation de qualité pour lui permettre de s’épanouir à travers des emplois décents…

« Asma-Cfp, un engagement, une conviction… »

S’engager en politique est une décision importante que peu d’hommes et femmes ont le privilège de prendre avec la conviction, comme premier support et premier argument de choix à l’engagement.

« Notre contribution à redonner confiance, depuis 10 ans, prouve la conviction que nous sommes capables ensemble de bâtir une société juste, solidaire, qui va de l’avant au bénéfice du plus grand nombre, une véritable Force de mobilisation et de rassemblement », a déclaré avec fierté, SBM. Avant d’ajouter : « il n’y a pas de bon vent pour celui qui ne sait pas où il va et là où il n’y a pas de conviction, il n’y a pas de voie ».

« … force de conquête du pouvoir… »

Selon le président Maïga, si l’Asma-Cfd était une force de mobilisation et rassemblement en tant qu’association, elle sera une force de conquête en tant que parti. A l’en croire, bientôt une stratégie électorale commune sera mise en place avec un programme commun. Objectif : gagner ensemble, construire et reconstruire tout sans rester pionniers de nos itinéraires respectifs, dans le respect des identités et différences assumées. Rien qu’au service de la nation. Avant de marteler : « il nous revient de créer les conditions idoines pour rendre possible les changements nécessaires ».

« Le Mnla n’a plus de revendication…. »

Concernant les actes de xénophobie du Mnla, commis sur la population noire de Kidal, Soumeylou Boubèye Maïga, président de l’Asma-Cfp, a été on ne peut plus clair : « le Mnla n’a plus aucune revendication». Avant d’expliquer : « tout d’abord aux yeux de la communauté internationale, leur revendication est illégitime, ensuite la majorité des touaregs ne se reconnaît pas au Mnla et le gouvernement a engagé des mandats d’arrêts contre les responsables du mouvement touareg ». Ainsi il se propose d’engager sans ambigüité la lutte régionale et internationale contre les groupes terroristes et mafieux.

Aliou Touré

Le Matin du 14 juin 2013.