Partager

Les élèves maîtres finalistes de la 13ème promotion de l’Institut de formation des maîtres (IFM) de Bougouni ont pris comme modèle l’ancien Premier ministre de la transition de 1991, le Dr Soumana Sako, en le nommant Parrain de leur promotion. Les festivités marquant cette sortie de promotion se sont déroulées le samedi 22 juin dans les locaux de l’IFM de Bougouni.

C’était sous la présidence du Parrain, qui avait fait déplacement avec une importante délégation de son parti, la Convention nationale pour une Afrique solidaire (CNAS Faso Hèrè). Cette délégation était composée du Secrétaire général de la CNAS, Soumana Tangara, de la Présidente des femmes, Mme Soumaré Masitan Traoré, et du Conseiller général, Gagny Timbo.
Au cours de cette cérémonie, le Dr Sako a prodigué de précieux conseils à ces élèves maîtres qui s’apprêtent à entrer dans la vie active «j’accepte avec humilité l’honneur que vous me faites. Allez vers d’autres diplômes, continuez à vous former. Ne considérez pas ce diplôme comme une fin en soi, c’est seulement le début du commencement. Je vous invite à vous remettre en cause».

Avant d’annoncer à l’assistance qu’il avait un plan pour sauver l’école malienne et au-delà la nation malienne. Ce plan, le Dr Sako l’a baptisé du nom du premier ministre de l’Education de la 1ère République, Abdoulaye Singaré, père fondateur de la réforme de notre système scolaire. Au cours de la cérémonie, le candidat de la CNAS est aussi revenu sur l’Accord préliminaire de Ouagadougou, martelant qu’il était mauvais et le qualifiant d’«Accord de la honte».
De son côté, le Directeur des études de l’IFM de Bougouni est revenu sur les qualités du Dr Sako. Selon lui, Soumana Sako mérite d’être honoré par cette promotion. «A l’époque, j’étais à mes débuts dans la Fonction publique. Il nous a fait goûter un nectar. C’est grâce à lui que les fonctionnaires maliens ont connu la régularité des salaires. Pour nous, il était un Diable. Car il a démontré qu’avec une bonne gestion, on pouvait les régulariser», a-t-il déclaré. Avant d’inviter les jeunes à faire comme lui et à le suivre sur le chemin de la droiture.

De son côté, le porte-parole des élèves maîtres finalistes, Mahamadou Maïga, a indiqué que le choix de Zou n’était pas fortuit. Il a précisé qu’il était très réfléchi, en considération de son parcours professionnel et de ses qualités personnelles. C’est pourquoi il s’est engagé, au nom de ses collègues, à donner un enseignement de qualité aux enfants maliens.
Signalons également que des jeux-concours ont meublé la cérémonie de baptême de cette 13ème promotion, qui compte 424 élèves-maîtres. Profitant de cette occasion, Soumana Sako et sa délégation ont aussi rencontré la section CNAS de Bougouni et effectué une visite dans le village de Diafrana, dans le Banna.

Youssouf Diallo, envoyé spécial à Bougouni

22 Septembre du 27 Juin 2013