Partager

Soumana Sako à Tominian, Koutiala et Sikasso : «L’armée malienne à Kidal, le MNLA/HCUA à la barre»

Indemnisation des victimes de la crise qui a secoué les régions Nord du Mali et traduction des chefs rebelles devant la justice, négociations de Ouagadougou entre le Mali et les groupes armés, lutte contre la corruption et la réalisation des infrastructures. Voilà, entres autres, les sujets qui ont dominé les échanges au cours de la tournée que le porte-étendard de la Convention Nationale pour une Afrique Solidaire-Faso Hèrè, Soumana Sako, a effectuée du 14 au 16 juin 2013 à Sanenkuy, dans les confins du pays Boua, à Koutiala et Sikasso.

Pour galvaniser sa troupe à quelques encablures de la prochaine consultation électorale, l’ancien Premier ministre de la transition de 1991 et candidat investi de son parti à la présidentielle de juillet prochain, Soumana Sako, a profité de la sortie de la 6ème promotion de l’Institut de Formation de Maîtres de Tominian pour rendre visite aux populations de Sanenkuy, dans le cercle de Tominian, de Koutiala, de Sikasso et de Niéna. A l’occasion de ces simples échanges avec les responsables des structures du parti CNAS-FH dans ces localités, les populations sont sorties très nombreuses pour témoigner leur soutien à celui qu’elles ont appelé «le dernier espoir de la nation».

A Sanenkuy, première étape de cette visite, Soumana Sako et sa délégation, composée, entre autres, du colonel Boubacar Coulibaly, des représentants du Mouvement Mali Hèrè Coura avec à leur tête Moussa Balla Kanouté et du parti FAD, ont été accueillis par des chants et danses du pays Boua. Dans ce village, majoritairement composé de Dembélé, Soumana Sako a salué la bravoure du peuple Boua. Il a mis aussi l’accent sur la pauvreté rurale, l’absence des infrastructures routières, de centres de santé, d’électrification rurale et la corruption qui tue tous les efforts de développement.

Face à ces maux, l’ancien Premier ministre a invité les populations à se rendre massivement aux urnes, à la faveur de la prochaine présidentielle, pour soutenir le camp du changement qu’il incarne afin de faire entendre la voix du peuple. A Koutiala tout comme à Sikasso, Soumana Sako s’est présenté en candidat du changement et de la rupture avec les veilles pratiques qui ont mis le pays à plat. Face à des populations en liesse, qui scandaient, entre autres, «Soumana dernier espoir de la nation», le candidat de la CNAS-FH s’est dit intransigeant sur des thèmes comme la corruption et la lutte contre la délinquance financière.

Sur la situation de Kidal, Soumana Sako, tout en rejetant les négociations de Ouagadougou entre le Mali et les groupes armés, a rejeté la prime à l’impunité qu’on veut offrir au MNLA. Il a plaidé pour la traduction pure et simple devant les tribunaux de ces chefs rebelles et djihadistes sous le coup de mandats d’arrêts émis par la justice malienne. «L’armée malienne à Kidal, le MNLA/HCUA à la barre» a-t-il déclaré tout simplement. Sur la même question, Soumana Sako s’est dit favorable à l’indemnisation des victimes de la crise qui a secoué notre pays en 2012.

Yaya Samaké, envoyé spécial

Le 22 Septembre du 20 Juin 2013