Partager

Désigné en février 2004 pour présider aux destinées de l’Uemoa basée à Ouagadougou, Soumaïla Cissé, le fondateur de l’URD, la deuxième force politique du pays après l’ADEMA, va signer en mars prochain son grand retour sur l’arène politique nationale. Un moment attendu avec beaucoup d’impatience par son propre parti mais également de nombreuses autres formations politiques dont les leaders sont pressés de s’aligner derrière le challenger d’ATT en 2002. Afin, précisément, de le hisser, cette fois-ci, sur la première marche du podium lors de la présidentielle de 2012.

En effet, c’est lors de la Conférence des chefs d’État et de gouvernement de l’Uemoa, qui se tiendra dans notre capitale, le 22 janvier prochain, que l’actuel président de la Commission du même nom, Soumaïla Cissé, devra faire ses adieux après de bons et loyaux services rendus à la communauté sous-régionale.

jpg_soumaila-2.jpgCelui que des grands médias internationaux voient déjà comme le futur successeur d’ATT au Palais de Koulouba pourra ainsi, après son double mandat fort honorable à la tête de l’institution sous-régionale, signer son grand retour au bercail afin de croiser le fer avec les candidats des grandes formations politiques dans la conquête du pouvoir en 2012. Un moment attendu avec beaucoup d’intérêt au sein de la classe politique où aucun état-major n’est censé ignorer le poids de l’enfant de Niafunké mais surtout sa détermination à braver tous les écueils afin d’être le prochain locataire du Palais de Koulouba.

Car, il ne reste plus que le titre de président de la République qui manque au parchemin de Soumaïla Cissé dont le passage au sein de la haute administration a été ponctué, depuis, de résultats tangibles. Ministre des Finances durant plusieurs années sous le président Alpha Oumar Konaré, super ministre chargé de l’Equipement, de l’Aménagement du Territoire, de l’Environnement et de l’Urbanisme dans l’équipe, nommée le 21 février 2000, de feu Mandé Sidibé, Soumaïla Cissé est aujourd’hui parmi les personnalités les mieux outillées pour prétendre à la magistrature suprême de notre pays.

C’est la raison, d’ailleurs, pour laquelle son retour, dès maintenant, sur la scène politique national risque de faire quelques remous voire des dégâts au sein de certaines formations politiques. Car, il n’est pas exclu que plusieurs hauts cadres d’autres partis politiques viennent se bousculers au portillon de l’URD afin de soutenir son mentor dans son ambition de se hisser sur la colline du pouvoir. En tout cas, selon des sources concordantes, Soumaïla Cissé viendra avec, dans son attaché-case, un agenda politique bien chargé qui va l’amener, dès le second trimestre 2011, à faire le tour du Mali afin de parler directement aux populations.

Et cela après qu’il soit installé à la tête de son parti, l’URD, à la faveur d’un congrès spécialement convoqué à cet effet. C’est dire que c’est la vraie bataille à la succession d’ATT commencera dès le retour, dans deux petits mois, de Soumaïla Cissé. Cette personnalité politique hors-pair demeurant, aux yeux de certains observateurs, comme le candidat le plus attendu sur la première marche du podium lors de la présidentielle de 2012.

Mamadou FOFANA

L’Indépendant du 11 Janvier 2011.