Partager

Adresse de Soumaïla Cissé à la presse : «Pour ce qui me concerne, je ne poserai aucun acte, je ne tiendrai aucun propos susceptible d’affaiblir mon pays ou de porter atteinte à la cohésion de notre Nation»

Après avoir posé un acte très éloquent qui lui a toujours valu le renommé d’un homme d’Etat en allant chez le Président élu en compagnie de son épouse et de ses enfants, pour le féliciter et lui souhaiter plein succès à sa mission de redressement et de relèvement du Mali, le candidat Soumaïla Cissé s’est adressé à la presse. Il a adressé un grand merci pour le soutien fraternel et l’accompagnement militant à toutes les personnes engagées à ses côtés avant de souligner que sa conviction pour la victoire du Mali reste inchangée malgré les vicissitudes du moment. C’était le mardi, 13 aout 2013 à l’hôtel Salam.

Pour montrer aux yeux de l’opinion nationale et internationale qu’il a été et demeurera toujours un républicain, le candidat Soumaila Cissé a très tôt reconnu sa défaite malgré quelques dysfonctionnements constatés lors du déroulement du processus électoral et entachant du coup la crédibilité des résultats.

En vue de permettre au nouveau Président élu de se mettre très vite au service du Mali et du peuple Malien, M. Cissé dira dans son adresse que ses alliés et lui déclarons solennellement accepter les résultats que le Gouvernement proclamera. C’est ainsi qu’il a affirmé qu’il n’introduira aucune requête auprès de la Cour Constitutionnelle car pour lui, ces requêtes ne pourront pas changer la donne mais au contraire retardera le processus de la reconstruction de notre cher pays qui est si pressé de se remettre de son mal.

Notons qu’en prélude de cette adresse, le candidat de l’URD, dans la nuit du lundi, 11 aout dernier, sans attendre la proclamation provisoire des résultats, s’est rendu chez son adversaire à domicile en compagnie de son épouse et de ses enfants pour le féliciter et lui souhaiter plein succès à ses nouvelles fonctions. Ce geste ne doit étonner personne dans la mesure où dans les sociétés traditionnelles africaines, particulièrement au Mali, c’est le cadet qui doit effectuer le déplacement vers son ainé. Soumaïla a vite compris, voilà pourquoi il est resté accroché à cette tradition.

Suivez l’intégralité de l’adresse du candidat Soumaila Cissé :

«Mes chers compatriotes, Mesdames et Messieurs

Je rends grâce à Allah qui nous a permis de vivre ce jour dans la paix et la concorde.

Je voudrais ensuite saluer ici la discipline et l’engagement de l’ensemble des Maliens, d’ici et d’ailleurs, de toutes les sensibilités, qui ont démontré au monde entier par leur remarquable mobilisation et leur exemplaire comportement civique lors des scrutins du 28 juillet et du 11 aout 2013, que nous ne désespérons pas de notre grand et vieux pays, le Mali.

Permettez-moi enfin d’exprimer ma profonde reconnaissance aux centaines de milliers de Maliennes et de Maliens qui m’ont témoigné leur confiance en votant pour moi dans les huit (8) régions du pays, dans le District de Bamako, dans les camps de réfugiés et sur les cinq continents.

Je n’oublierai jamais votre engagement à mes côtés et votre adhésion au Projet pour la paix et la reconstruction que j’ai proposé à notre peuple à l’occasion de cette élection cruciale, en ces circonstances particulièrement graves de notre Histoire nationale.

Aux femmes, aux hommes, aux jeunes, aux vieux, aux militants et sympathisants de l’URD, des partis alliés dès le 1er tour, à ceux de nos alliés du second tour, aux jeunes et aux femmes des clubs de soutien et des associations, tous déterminés à défendre la Constitution, la République et la Démocratie, je dis, du fond du cœur, un grand merci pour le soutien fraternel et l’accompagnement militant.

Marquant la fin du processus de sortie d’une crise multidimensionnelle grave, l’élection présidentielle de 2013 aurait dû être une fête fraternelle et populaire. Malheureusement, du fait de nombreuses insuffisances elle n’a pas permis a des centaines de milliers de Maliennes et de Maliens de participer au choix du président de la République.

En outre, les 1er et 2ème tours ont été émaillés d’irrégularités qui ont entamé largement la sincérité et la crédibilité de cette élection.

L’instrumentalisation de l’armée et l’utilisation de l’appareil de commandement à des fins partisanes ont atteint une proportion jamais égalée dans ce pays.

La période électorale a malheureusement été l’occasion d’une campagne nauséabonde de stigmatisation recourant à l’ethnie, à la région, et à la religion. Ceux qui sont descendus dans les bas-fonds de l’ethnicisme, du racisme et de la division des Maliens ont rendu un trop mauvais service à notre pays qui se bat pour réaffirmer son unité et sa cohésion.

Pour ce qui me concerne, je ne poserai aucun acte, je ne tiendrai aucun propos susceptible d’affaiblir mon pays ou de porter atteinte à la cohésion de notre Nation.

C’est au regard de la fragilité de la situation du pays que mes alliés et moi ne souhaitons pas ouvrir une page de contestation et d’instabilité au Mali.

Alors, nous déclarons solennellement accepter les résultats que le Gouvernement proclamera. Je n’introduirai aucune requête auprès de la Cour Constitutionnelle.

J’ai rendu visite hier soir au président de la République élu pour le féliciter et lui souhaiter plein succès dans ses missions de redressement et de relèvement du Mali.

Mers chers compatriotes,

C’est une nouvelle ère qui s’ouvre pour notre pays. La plateforme politique constituée autour du Front pour la démocratie et la République (FDR) jouera toute sa partition dans l’œuvre de régénération de notre processus démocratique, de reconstruction du pays et de restauration de la paix et de la stabilité.

Je souhaite que cette ère soit une ère de nouvelle espérance pour notre peuple, notamment pour la jeunesse du Mali qui restera l’objet de toutes nos attentions.
Mesdames et Messieurs
Mes Chers Compatriotes,
Ma conviction reste inchangée malgré les vicissitudes du moment : cette conviction est que la victoire du Mali est proche. Elle sera celle d’un peuple héroïque, uni dans le travail et l’effort, exigeant avec lui-même.

Vive la République !

Vive la Démocratie !

Vive le Mali ! »

A la question de savoir pourquoi félicité si tôt son adversaire, M. Cissé dira en tant qu’homme libre, il n’a subi aucune pression de la part de qui que ce soit et encore moins ce n’est pas pour avoir un poste. Selon lui, il n’a pas besoin de chercher un poste. Pour faire en sorte que la paix se reconstruise dans notre pays, que le sourire des Maliens reviennent, que le Mali retrouve son lustre d’antan. Soumaila Cissé et ses alliés comptent faire des propositions à la nouvelle équipe gouvernementale. « Nous suivrons des alternatives, nous faisons des propositions, nous allons faire des critiques s’il le faut », a-t-il déclaré avant de dire qu’il reste toujours optimiste. Pour lui, les cinq années à venir passe vite, il faut donc être courageux.

Prenant la parole, Jeanmille Bittar abonde dans le même sens que M. Cissé en disant ceci : « Nous ne sommes pas là pour une soupe, nous sommes là pour le Mali. Je suis du secteur privé, je suis un libéral et je continuerai dans ce sens».

Mamadou BALLO

Zénith Balé du 14 Août 2013