Partager

Face à la presse mardi, Soumaila Cissé, candidat, présidentielle a déclaré Ibrahim Boubacar Kéita vainqueur du 2e tour de la présidentielle et dit qu’il n’introduira aucune requête auprès de la Cour constitutionnelle.

jpg_une-2011.jpg« Nous déclarons solennellement accepter les résultats que le gouvernement proclamera. Je n’introduirai aucune requête auprès de la Cour constitutionnelle ». C’est par ces mots que Soumaila Cissé s’est prononcé devant les hommes de medias hier.

M. Cissé a informé qu’il a rendu visite lundi soir « au président de la République élu pour le féliciter et lui souhaiter plein de succès dans ses missions de redressement et de relèvement du Mali ». Il a expliqué qu’il n’est pas allé chercher une place chez IBK. « J’ai la chance d’être le seul Malien à être au second tour d’une élection présidentielle deux fois. Ce n’est pas ma première fois. J’ai félicité ATT aussi avant les résultats », a-t-il dit. Et d’ajouter qu’il a suffisamment de background pour avoir une place. « J’aime mon pays. Nous ferons avancer la démocratie par la contradiction ».

Pour Soumaila Cissé, cette victoire d’IBK est une nouvelle ère qui s’ouvre pour notre pays. « Je souhaite que cette ère soit une ère de nouvelle espérance pour notre peuple, notamment pour la jeunesse du Mali qui restera l’objet de nos attentions ».

Il a promis que la plateforme politique constituée autour du Front pour la démocratie et la République (FDR) jouera toute sa partition dans l’œuvre de régulation de notre processus démocratique, de reconstruction du pays et de restauration de la paix et de la stabilité. Il a exprimé sa reconnaissance aux Maliens qui ont voté pour lui.

Par ailleurs, M. Cissé a dénoncé les manipulations de chiffres au 1er tour et les disfonctionnements au 2e tour. A l’en croire, l’armée est intervenue dans ces élections.

» L’instrumentalisation de l’armée et l’utilisation de l’appareil de commandement à des fins partisans ont atteint une proportion jamais égalée . La période électorale a malheureusement été l’occasion d’une campagne nauséabonde de stigmatisation recourant à l’ethnie, à la région et à la religion. Ceux qui sont descendus dans les bas-fonds de l’ethnicisme, du racisme et de la division des Maliens ont rendu un mauvais service à notre pays qui se bat pour réaffirmer son unité et sa cohésion », a regretté Soumaila Cissé. » Il faut corriger ces choses pour le bonheur des Maliens ». Pour Soumaila Cissé, il a souhaité que l’armée ne descende pas dans l’arène politique. Il a également souhaité que les religions ne sortent pas dans l’arène politique. « Nous voulons une armée républicaine », a-t-il dit.

Soumaila Cissé avait à ses cotés Jeamille Bittar qui a ajouté que « la position de Soumaila reste notre position. Nous ne sommes pas là pour la soupe. Nous sommes là pour le Mali ».

Sidiki Doumbia

Les Echos du 14 Août 2013