Partager

Les responsables et militants des partis politiques et organisations de la société civile, regroupés au sein du Front Uni pour la Sauvegarde de la Démocratie et de la République, étaient en meeting à la Bourse du Travail. En cette date commémorative des 22 ans de la démocratie malienne, les responsables du FUDR ont réaffirmé leur désapprobation face à la prise du pouvoir par les militaires dirigés par le capitaine Amadou Haya Sanogo. Mieux, les leaders du FUDR ont élaboré un plan d’actions pour le retour à une vie constitutionnelle normale.

A cette rencontre, on notait la présence du secrétaire général de l’Untm, Siaka Diakité, des leaders politiques et de la société civile. Parmi eux, Pr Aly Nouhoun Diallo de la Coalition malienne des organisations pour la démocratie (Comode), Soumaïla Cissé de l’Urd, Tièbilé Dramé, président du Parena, Iba N’Diaye, vice-président de l’Adema, N’Diaye Bah du Pdes, Abdoulaye Touré, président du Conseil national de la jeunesse et Hamadoun Traoré, secrétaire général de l’Aeem, etc.

Iba N’Diaye a indiqué que cette date anniversaire de l’accession de notre pays à la démocratie, donne l’occasion d’attirer l’attention de l’opinion nationale et internationale sur la menace qui pèse sur la démocratie malienne. Menace représentée par une junte, qui veut s’accaparer des acquis démocratiques de notre pays par les armes.

«Nous ne tolérerons pas de mettre en péril cette démocratie, chèrement acquise au prix du sang», a martelé Siaka Diakité, avant de demander l’observation d’une minute de silence à la mémoire des martyrs de la Révolution de mars 1991.

Ainsi, les milliers de jeunes et de femmes qui ont pris d’assaut la Bourse du Travail ont entonné ensemble: «Dégagez Sanogo ! Libérez l’Ortm !».

Siaka Diakité s’est exprimé en ces termes : «Dès aujourd’hui, un plan d’action sera élaboré pour restaurer la démocratie et la liberté. Dans les prochains jours, ça va pas être long, nous nous retrouverons pour arracher ce qu’on nous a pris». Pour ce faire, ajoutera le président du Fudr, les uns et les autres doivent rester sereins.
Contre le Cndre et ses ouailles, le patron des travailleurs du Mali dira que leur front n’a pas de fusils, mais dispose d’hommes valables pour atteindre ses objectifs.

Abdoulaye Touré a, au nom du Conseil national des jeunes (Cnj), affirmé que tous les jeunes du Mali soutiennent le Front uni pour la sauvegarde de la démocratie et de la République.

Ont aussi participé à ce meeting, les élèves et étudiants de l’Aeem. Sous la direction de leur secrétaire général, Hamadoun Traoré, ils ont marché du campus de Badalabougou à la Bourse du Travail, avec des banderoles sur lesquelles on pouvait lire : «Les militaires au front, le pouvoir au peuple».

L’un des temps forts de cette rencontre a été l’arrivée de Soumaïla Cissé. Il s’est exprimé en peu de mots, mais en des termes précis et concis: « Je leur ait dit que je ne suis pas d’accord avec eux. Il faut rester mobilisé parce que le Mali mérite mieux que ça».

Nouhoum DICKO

Le Prétoire du 30 Mars 2012