Partager

Pour l’honneur et la dignité, le Parena a réaffirmé son soutien à la candidature de Soumaïla Cissé conformément à leur engagement d’appuyer le candidat du FDR qui sera au second tour de la présidentielle. A l’occasion, Soumaïla Cissé était au siège du Parena le mardi 6 août 2013.

jpg_parena-urd.jpgL’honneur et la dignité de l’être humain imposent le respect de la parole donnée, telle est la conviction des responsables du Parena. C’est pourquoi, ils ont affirmé qu’au Parena, «on ne crache pas pour avaler encore ce crachat». Avant de réaffirmer leur soutien à Soumaïla Cissé.

Pour relever un pays à terre et une nation effondrée comme le nôtre, avec une armée forte, il faut un homme expérimenté et talentueux comme Soumaïla Cissé à la tête de l’Etat, ce sont entre autres raisons avancées par Tiébilé Dramé, ce qui explique son soutien au candidat de l’URD.

« Pour la cohésion nationale, la réconciliation, la relance de l’économie nationale et la reconstruction du pays, nonobstant le respect que j’ai pour les autres candidats en matière de citoyenneté, j’estime que Soumaïla Cissé est le mieux placé pour relever les défis de l’heure ». En outre, Tiébilé Dramé a souligné que l’histoire lui a donné raison.

Car, argumente-t-il, malgré le taux de participation salué par tous, si toutes les conditions étaient réunies pour les habitants du nord et les déplacés maliens vivant dans les camps des réfugiés d’exprimer leur choix, on aurait enregistré un taux plus élevé.

Partant, il partage la déclaration de M. Cissé qui disait que la grande mobilisation des Maliens ne doit pas cacher la forêt de l’impréparation, la mauvaise organisation et la fraude qui ont caractérisé le 1er tour de la présidentielle. En tout cas, le président du Parena est convaincu que le Mali a besoin d’un leadership moderne et c’est Soumaïla Cissé qui incarne cela, d’où une des raisons de sa motivation. Soumaïla Cissé à ceux qui se cachent derrière l’islam « Dieu sait qui a goûté le whisky et qui ne l’a pas goûté»

Après avoir exprimé sa profonde gratitude au peuple du Parena pour son soutien multiforme à sa candidature, Soumaïla Cissé a manifesté son indignation face au comportement des gens qui se cachent derrière la religion musulmane.

Qui se font passer pour un saint alors qu’ils sont loin de la sainteté. « Dieu sait qui a goûté le whisky et qui ne l’a pas goûté» a-t-il indiqué. L’autre aspect qui inquiète M. Cissé, c’est la tentative de création des problèmes régionalistes et ethniques. « Nous n’allons jamais travailler à la division de ce peuple. Je suis sonrhaï, ma mère est peuhle, ma femme est Bambara et ma belle-fille est Arabe.

Donc j’ai tout le Mali chez moi », a-t-il expliqué pour dire qu’il n’a aucun intérêt à tomber dans les jeux ethniques. Au Chérif de Nioro qui aurait donné des consignes de vote en faveur d’IBK, Soumaïla Cissé a chargé Tiébilé Dramé, natif de Nioro du Sahel de transmettre son estime au Chérif . Et de lui dire que les allégations selon lesquelles il va le chasser du Mali une fois élu Président relève du pire mensonge.

Il a précisé qu’il a appris le coran avant d’aller à l’école et qu’il est issu des familles maraboutiques du côté de son père et de sa mère. Ce qui le poussera à dire que les slogans ne créent pas et ne font pas l’homme. « Pour certains, ce n’est pas le Mali d’abord, c’est moi d’abord. Pour certains, ce n’est pas pour le bonheur des Maliens, c’est pour le malheur des Maliens. On se connaît dans ce pays.

J’ai été ministre de l’économie et des finances, je sais qui est qui, qui a fait quoi, ne me poussez pas à parler. Qu’il se taise car je sais que la vie continue après la politique», a averti Soumaïla Cissé. C’est comptant sur la détermination de Dramé qui n’a jamais fait défaut ainsi que des autres alliés du FDR qu’il est convaincu que sa victoire est toute proche.

Il n’ya pas de génération spontanée en politique, a-t-il précisé. «L’histoire nous a donné raison quand nous avions dit qu’il nous faut des forces internationales pour libérer le pays. L’histoire nous a donné raison quand nous avions dit qu’il faut s’accrocher à la Constitution pour sortir le pays de l’ornière. C’est grâce à nos actions que certains prétendent un «Takokelen», nous avons eu raison sur eux, et le second, inchallah, nous aurons encore raison », a-t-il affirmé.

Oumar KONATE

Le Prétoire du 07 Août 2013