Partager

Le challenger du candidat du RPM Ibrahim Boubacar Kéita alias IBK, Soumaïla Cissé a voté hier au centre de vote du groupe scolaire de Badalabougou en compagnie de son épouse Astan Traoré et de plusieurs cadres de l’URD. Il s’est engagé qu’il acceptera le verdict des urnes « contrairement à certains qui croient qu’on leur a toujours volé leur victoire depuis 10, 11, 12 ans après « .

Hier, le candidat de l’URD, Soumaïla Cissé, a voté au centre de vote du groupe scolaire Goundo Simaga de Badalabougou, accompagné de son épouse, Astan Traoré et de plusieurs membres du bureau politique de l’URD. Après avoir accompli son devoir civique dans le bureau n°25 le candidat Soumaïla Cissé, accompagné de son épouse qui a voté dans le bureau 15, a déclaré ceci aux médias venus à sa rencontre : » je suis fier de notre peuple qui, en si peu de temps, a retrouvé le chemin de la République et de la démocratie. Pendant un an, ce peuple s’est mobilisé pour le respect de la constitution, pour que nous revenions à une vie constitutionnelle normale.

Aujourd’hui c’est l’aboutissement de cette lutte. Je suis heureux de la mobilisation autour du 1 er tour de l’élection et certainement sur ce second tour, nous allons donc tracé un chemin d’espoir et d’espérance. Le Mali ? Nous allons tout faire pour qu’il se redresse et qu’il retrouve sa place dans le concert des nations, le Mali mérite toujours plus ! Et pour le Mali aucun sacrifice n’est de trop. Nous allons continuer ce combat avec l’ensemble des Maliens et avec fierté pour le bonheur et l’honneur retrouvé de chacun des Maliens. Le Mali a besoin aujourd’hui de résoudre les nombreux défis importants qui se posent aux Maliens, nous avons besoins d’eau potable, d’école, de centres de santé, pour retrouver un chemin d’émergence, c’est ce combat aujourd’hui qui est le vrai, et se fera dans la paix et dans la sérénité avec toutes les institutions, l’armée, le gouvernement avec autour une société civile très forte qui sera exigeante pour que ce peuple puisse retrouver sa dignité et son honneur « .

S’agissant du respect du verdict des urnes, Soumaïla Cissé a répondu, » je suis un républicain, je me suis déjà soumis au verdict des urnes avant aujourd’hui et cela fait déjà 11 ou 12 ans environ.

Selon le candidat de l’URD, cette question doit être posée à ceux qui ne reconnaissent jamais leur défaite, à ceux qui croient qu’on leur a toujours volé leur victoire depuis 10, 11, 12 ans. »Ce n’est pas mon cas, ça ne sera jamais mon cas. Je suis un républicain, j’avais le plein droit et la raison de ne pas reconnaitre le verdict du 1er tour sinon j’aime mon pays et je respecte le droit, les résultats et je respecte les institutions de mon pays « , a-t-il indiqué.

Il faut noter que l’affluence n’était pas au rendez-vous au moment où on passait de ce centre de vote de Badalabougou en commune V, où le maire, Boubacar Bah dit Bill s’assurait du bon déroulement du vote. Les matériels électoraux ainsi que les délégués étaient tous sur place.

Les services de sécurité sous la houlette du commissaire de police du 4e arrondissement de police, Cheick Coulibaly, travaillaient d’arrache-pied pour maintenir la quiétude dans le centre de vote. Le seul passeport pour accéder au centre de vote était la carte Nina et la carte professionnelle pour d’autres acteurs de supervision du scrutin.

Ousmane Daou

L’Indicateur du Renouveau du 12 Août 2013

– ———————– —————————- —————————-

Soumaïla Cissé au sujet du respect du verdict des urnes : «Je me suis déjà soumis au verdict. Cette question se pose à ceux qui ne reconnaissent jamais leur défaite»

Accompagné de son épouse, Astan Traoré, Soumaïla Cissé s’est acquitté de son devoir civique dans la salle N° 25 de l’école Mamadou Goundo Simaga de Badalabougou, le dimanche 11 août 2013. Sa femme a voté au bureau N°15 du même centre. Après cet exercice, il a accepté de nous livrer ses impressions.

Comme à l’accoutumée, juste après avoir voté, le candidat de l’URD, Soumaïla Cissé s’est retrouvé au milieu d’une forêt de journalistes pour donner ses impressions. Ainsi, il a déclaré ceci : « je suis fier de mon peuple, je suis fier de mon peuple qui a su en si peu de temps retrouver le chemin de la République et de la démocratie. Pendant un an, ce peuple s’est mobilisé pour le respect de notre constitution et le retour à une vie constitutionnelle normale. Aujourd’hui, c’est l’aboutissement de cette lutte. Je suis donc animé d’un sentiment de fierté envers mon peuple».

Partant, il s’est dit particulièrement heureux pour la mobilisation du peuple au compte du 1er tour et souhaité que cet engouement se perpétue pour le second tour. Nous allons donc tracer ensemble un chemin d’espoir et d’espérance. Pour le Mali, nous allons tout faire pour qu’il se redresse afin qu’il retrouve sa place dans le concert des grandes nations. «Notre pays mérite plus, pour le Mali, aucun sacrifice n’est de trop. Nous allons continuer cette lutte avec vous pour le bonheur de chacun», ajoutera M. Cissé. Pour lui, aujourd’hui, le Mali a besoin de résoudre les défis importants qui se posent au peuple. Notamment l’accès de tous à l’eau potable et à la santé ainsi qu’à l’éducation de qualité pour tous. Nous avons besoin de trouver un chemin de l’émergent. Selon lui, il y a ce vrai combat qu’il faut mener dans la paix, dans la sérénité avec toutes les institutions disponibles. Que ce soit l’armée malienne, le gouvernement, l’Assemblée nationale autour d’une société civile très forte. « Nous ferons en sorte que ce peuple puisse retrouver sa dignité, son honneur et qu’ensemble, nous marchons vers d’autres victoires»a expliqué Soumaïla Cissé.

Au sujet du respect des résultats issus des urnes, Soumaïla Cissé a été on ne peut plus clair « je suis un républicain, je me suis déjà soumis au verdict des urnes bien avant aujourd’hui. Cette question se pose à ceux qui ne reconnaissent jamais leur défaite, à ceux qui croient qu’on leur a toujours volé les victoires 11 ans après. Ce n’est pas mon cas, ce ne serait jamais mon cas, je suis un républicain. Sinon après le 1er tour, j’avais des raisons de ne pas reconnaître les résultats, mais je les ai toujours reconnus, parce que j’aime mon pays, j’aime la République, j’aime les institutions de la République et j’aime le droit»

Oumar KONATE

Le Prétoire du 12 Août 2013