Partager

A quelques encablures de l’élection présidentielle, les candidats ne ratent aucun rendez-vous de l’intérieur ou à l’extérieur, pour mettre en avant les meilleurs lendemains qu’ils nourrissent pour notre pays, le Mali. Et surtout au moment où notre pays est confronté aux difficultés de toutes sortes dont la rébellion et la tenue des élections dans un tel contexte.
Lors d’une visite à Yamoussokro, le week-end dernier Soumaïla Cissé est resté fidèle à cette tradition, où il a présenté sa « vision du Mali » à ses compatriotes.

Dans la capitale administrative et politique ivoirienne le président de l’Urd et candidat à l’élection présidentielle a échangé avec ses compatriotes maliens. L’ancien président de la Commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) qui affiche ses ambitions pour la présidence de la République du Mali, a fait un clin d’œil à l’endroit du président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara et de l’ancien Premier ministre Charles Konan Banny.

Selon fratmat.info du mercredi 29 février, Soumaïla Cissé parlant de ces deux personnalités ivoiriennes déclarait : « Ils ont guidé mes pas au plan professionnel ». C’est une manière de dire qu’il ne risque pas de trébuché tant qu’il marche en suivant les pas de ces hommes d’Etat ivoiriens.

Le propos a donc son pesant d’or en cette veille d’élection au Mali où il sera dans la course compétitive avec des acteurs politiques comme Ibrahim Boubacar Kéita du RPM, Dioncounda Traoré de l’Adema, et bien une bonne dizaine d’autres. A ses compatriotes, le candidat de l’Union pour la démocratie et la république (Urd) a décliné la vison et les projets qu’il a pour le Mali, « un pays d’honneur et de dignité », selon lui.

Tout comme Abidjan et Bouaké, le candidat Soumaïla Cissé les Maliens de Yamoussoukro ont été entretenus des problèmes, parmi lesquels le chômage. La contribution de la diaspora malienne au développement économique et social du Mali, a été également au centre des échanges. La crise du nord a été naturellement évoquée.

B. Daou

01 Mars 2012