Partager

Malgré les difficultés financières rencontrées cette année, la cinquième édition des Rencontres cinématographiques de Bamako et du Festival international de Nyamina, aura bel et bien lieu, du 2 au 6 décembre 2008. C’est ce que le président de l’UCECAO, Souleymane Cissé, a laissé entendre aux journalistes, le jeudi 13 novembre, au Centre Culturel Français (CCF).

Du 2 au 6 décembre prochain se tiendra respectivement à Bamako et à Nyamina, la cinquième édition des Rencontres cinématographiques de Bamako et du Festival international de Nyamina. C’est une initiative de l’Union des créateurs et entrepreneurs du cinéma et de l’audiovisuel de l’Afrique de l’Ouest (UCECAO) de créer une plateforme pour les professionnels du cinéma et de l’audiovisuel.

Cela, dira le président de l’UCECAO, Souleymane Cissé, dans le but de « discuter des modalités de création d’un cadre économique et juridique favorable au développement d’une industrie cinématographique autonome en Afrique de l’Ouest ».

Le thème de cette présente édition est « cinéma et développement : le rôle de l’eau ». Des conférences-débats, des projections de films et des animations culturelles (concerts, danse, courses de pirogue…) seront les temps forts de ce festival. Sans oublier la compétition entre les jeunes vidéastes et réalisateurs en herbe.

Selon Souleymane Cissé, un vibrant hommage sera rendu aux professionnels du cinéma notamment à Claude Abeille, Xavier Arias, Tarak Ben Ammar, Claude Berri, Rachid Bouchared, Abderhamane Sissako, Jean-Noël Ferragut, Costa Gavras, Etienne de Grammont. Martin Scorsese, Daniel Toscan du Plantier, Dominique Wallon.

En prélude à ce grand rendez-vous culturel, l’Union des créateurs et entrepreneurs du cinéma et de l’audiovisuel de l’Afrique l’Ouest a invité, le jeudi 13 novembre, les journalistes à l’avant-première du film documentaire sur l’édition 2006 du Festival international de Nyamina qui s’est tenue du 12 au 17 décembre, de la même année. C’était dans la salle de spectacle du Centre Culturel Français (CCF) en présence de certains artistes notamment Mariam Bagayoko, Naïny Diabaté, Kôkô Dembélé…. Et plusieurs réalisateurs de cinéma.

Produit par les films Cissé, ce documentaire de 52 minutes a été réalisé par Youssou dit Baba Cissé. Il retrace le déroulement de l’édition 2006 dudit festival, depuis le départ de Bamako jusqu’à à la ville de Nyamina. Ce documentaire permet de revivre ce festival notamment à travers des manifestations culturelles et des témoignages de certains invités de marque.

Les populations de Nyamina vont découvrir ce film documentaire, cette année, à travers des projections à grand public.

L’objectif de Souleymane Cissé pour le Festival international de Nyamina n’est autre que « Nyamina et ses 50 communes soient plus visibles ». Il a laissé entendre que le festival aura bel et bien lieu, cette année, malgré les difficultés financières. « Nous allons nous battre pour que le festival ait lieu malgré les difficultés financières que nous rencontrons.

Il n’est pas question que les populations de Nyamina ne puissent pas vivre au rythme de cette manifestation » a précisé le président de l’UCECAO. Une occasion pour lui de lancer un appel pressant à tous les artistes maliens de se joindre à eux pour que le festival de Nyamina puisse être un grand succès. Parmi les artistes invités figurent la diva du Wassoulou, Oumou Sangaré et le rossignol de la musique, Salif Kéïta.

« Je profite de l’occasion pour remercier Amy Koïta, Naïny Diabaté, Mariam Bagayoko qui nous accompagnent, depuis le début du festival. Elles sont toujours avec nous. Cette année, Kôkô Dembélé a décidé de nous accompagner. Il faut que Salif Kéïta et Oumou Sangaré laissent au moins deux jours pour venir à Nyamina » a-t-il précisé.

Alou B HAIDARA

L’Indépendant du 17 Novembre 2008