Partager

Aujourd’hui, nombreux sont les Maliens qui s’interrogent sur les raisons qui empêchent le gouvernement de se décider, au plus vite, pour accorder l’adjudication définitive à Maroc télécom. Lequel, à l’issue de l’appel d’offres dont le dépouillement a eu lieu le 15 janvier, avait fait la meilleure offre avec 250 millions d’Euros, soit environ 164 milliards F CFA, pour le rachat des 51% du capital de la Sotelma.

Selon certaines sources proches du dossier, l’Etat serait sous la forte pression de l’Afrique du Sud et de la Libye. Deux pays amis du Mali. Le pays de Nelson Mandela pour le compte de son opérateur de téléphonie MTN, à en croire nos informateurs, aurait proposé à l’Etat, officieusement, la cagnotte de 300 millions d’Euros, soit 50 millions d’Euros ( 32 milliards de F CFA) de plus que Maroc télécom.

Selon les mêmes sources, la visite que l’ancien président Thabo Mbéki et son successeur Rhalema Moglanthé ont effectuée à Tombouctou dans le cadre de l’inauguration du Centre Ahmed Baba, en janvier dernier, aurait servi de cadre pour les autorités maliennes et sud-africaines pour aborder le sujet. 32 milliards et demi de F CFA, cela donne forcement à refléchir. Cette rondelette somme pourrait permettre, en effet, à l’Etat malien de résoudre d’un seul trait l’épineuse question du financement du plan social qui semble être à l’origine du peu d’empressement qu’il manifeste pour valider le choix de Maroc télécom. Avec 300 millions d’Euros au lieu de 250, la valeur économique de la Sotelma serait sauvegardée et l’Etat se retirerait en même temps de la plante du pied l’épine que constitue le financement du plan social concernant 620 salariés.

Pour ce qui est de la Libye, elle serait intéressée uniquement par Malitel, la branche mobile de la Sotelma. Nos sources de révéler que le pays du Frère Guide Mohammar Khadafi entend préserver les intérêts d’un opérateur de téléphonie africain dans le capital duquel il détiendrait des parts importantes.

Quand on sait que le Mali entretient des relations économiques de premier ordre à la fois avec l’Afrique du Sud et la Libye, on peut accorder quelque crédit à ces informations qui, nous le précisons, n’ont pu être recoupées de source officielle malgré nos nombreuses tentatives.

Il reste que le Maroc aussi devient un partenaire de plus en plus important pour le Mali avec les investissements colossaux qu’il a réalisés dans le secteur stratégique des banques.

Avec la confirmation de l’adjudication des 51% du capital de la Sotelma à Maroc télécom qui va ouvrir dans les tout prochains jours des négociations entre les deux parties, on verra plus clair dans ce dossier. Lequel a suscité tant de supputations et de conjectures sans que les pouvoirs publics, à commencer par la ministre de la Communication et des nouvelles technologies, présidente de la Commission d’évaluation des offres ou son homologue porte-parole du gouvernement aient éprouvé le besoin d’organiser une conférence de presse ou même de publier un communiqué sibyllin pour éclairer l’opinion nationale.

Abdoul Karim KONE

04 mars 2009