Partager

Décidément, le cancer de l’œil devient de plus en plus fréquent chez les enfants de 0 à 5 ans, en témoignent les différents cas recensés au niveau de la rédaction du journal L’Indépendant.

En effet, Abdoulaye Tangara âgé de 3 ans, s’est retrouvé un jour, il y a de cela environ 8 mois, avec un petit bouton à l’œil que tout le monde croyait passager. Mais au fil du temps, ce bouton s’est progressivement arrondi et à pris du poids pour devenir une tumeur. Actuellement, la pupille de l’œil est carrément sortie de son orbite avec une rougeur accompagnée d’une forte dilatation.

Il faut cependant préciser que les cancers de l’œil sont des cancers rares. La forme la plus fréquente chez l’adulte est le mélanome de l’œil. Le rétinoblastome est un autre cancer de l’œil qui affecte surtout les enfants de moins de 5 ans. Le rétinoblastome se développe au niveau de la rétine. L’atteinte peut être bilatérale ou ne toucher qu’un seul œil. Le risque de développer un mélanome augmente en présence d’une prédisposition génétique.

Les expositions prolongées au soleil et à certains produits chimiques industriels (polychlorobiphényles ou PCB) font également partie des facteurs à risque de mélanome de l’œil. Une peau et des cheveux clairs constituent des facteurs aggravants, tout comme les yeux bleus ou verts.

À noter que les cancers de l’œil sont des cancers dits secondaires, c’est-à-dire que ce sont des métastases d’un autre cancer qui s’est propagé dans les tissus de l’œil. Les symptômes du mélanome de l’œil sont entre autres la perte graduelle de la vision, les éclairs lumineux (flash), les rougeurs des yeux, l’apparition de taches dans le champ visuel : » mouches volantes « , la tendance des yeux à converger vers un seul point et l’excroissance à la surface de l’œil ou protubérance du globe.

La mère du petit Abdoulaye, Maïmouna Dembélé, cultivatrice qui, après avoir fait 13 maternités parmi lesquelles 7 sont morts s’est aujourd’hui retrouvée avec son enfant atteint de cette maladie dont elle ignore tout. Elle a ainsi quitté San où elle réside pour rejoindre la capitale afin d’avoir des soins adéquats pour sa progéniture.

De Gabriel Touré, on l’a transféré à l’Institut ophtalmologique tropicale d’Afrique de l’Ouest (IOTA). Vivant dans une précarité totale, Maïmouna a pu bénéficier pour son enfant, de l’aide de l’IOTA pour une échographie oculaire, un scanner ou IRM permettant de déterminer la localisation de la tumeur et ses caractéristiques. Présentement, Abdoulaye a urgemment besoin de soins pour diminuer les égratignures, la dilatation et les douleurs qui se font sentir nuitamment.

En ce moment, Maïmouna ne peut compter que sur Dieu et les bonnes volontés qui peuvent se manifester.

Pour tout contact, appeler son logeur à Hamdallaye au 73 45 60 44

Fatoumata Mah Thiam KONE

03 Septembre 2013