Partager

La formation du premier bataillon de militaires maliens par l’UE à Koulikoro a pris fin le vendredi 8 juin. La cérémonie de sortie de ce bataillon qui devait être fêtée en grandes pompes a été annulée à la demande de l’Etat-major malien à cause de la doléance formulée par le groupement tactique inter armé de Koulikoro. En effet, les 650 éléments de ce bataillon baptisé » Waraba » ont exigé de la hiérarchie militaire le versement d’une prime et le passage à un grade supérieur. Face à cette situation, le commandement militaire a jugé nécessaire de renvoyer ces militaires pour un congé d’une dizaine de jours en attendant d’étudier leur cas.

L’Etat-major de l’armée malienne a été pris de court vendredi par la demande formulée par ce bataillon qui a été le premier à bénéficier de la formation européenne de restructuration de l’armée malienne. Leurs deux doléances qui sont le versement d’une prime et le passage au grade supérieur pour chacun d’eux sont jugées inopportunes et mal appropriées selon une source proche du ministère de la défense.

A l’Etat-major, on estime que le versement d’une prime ou le passage au grade supérieur sont accordés à des militaires présents sur le théâtre des opérations. Alors que ceux de l’EUTM viennent de subir quelques semaines de formation accélérée devant leur permettre de se déployer sur le terrain. » C’est quand ils vont participer aux opérations militaires qu’ils peuvent bénéficier d’une prime à l’instar de leurs autres camarades. Ce que l’Etat-major peut assurer, c’est d’assurer leur transport vers les unités » a déclaré une source proche du commandement militaire.

En attendant d’y voir un peu plus clair et éviter un embrasement général, une permission de dix jours a été accordée à ce bataillon. Certainement que cette pose lui permettra de revoir ses ambitions à la baisse.

C’est le 2 avril que le bataillon waraba est arrivé à Koulikoro. Ce bataillon est la première unité à suivre la formation et l’entraînement dispensé par près de 100 instructeurs européens EUTM. Pendant dix semaines, elle a bénéficié de l’instruction de base du soldat, un entraînement au niveau du bataillon et des formations spécialisées.

La levée de boucliers du vendredi est le premier clash constaté dans cette formation et est pris au sérieux par les autorités militaires car d’autres bataillons sont attendus à Koulikoro.

Abdoulaye DIARRA

10 Juin 2013